Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Visite au cœur de l'entrepôt du futur de Monoprix, robotisé par Ocado

Photo C’est dans une véritable matrice que nous avons pénétré ce jeudi 1er octobre 2020, en plein cœur de la zone industrielle de Fleury-Mérogis. Une matrice digne d’un film comme Cube... Entièrement robotisé, l’entrepôt conçu par Monoprix et son partenaire anglais Ocado appartient à la toute dernière génération des centres de distribution.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Visite au cœur de l'entrepôt du futur de Monoprix, robotisé par Ocado
Visite au cœur de l'entrepôt du futur de Monoprix, robotisé par Ocado © Monoprix/Ocado

Bienvenue dans la zone industrielle de Fleury-Mérogis, au coeur de l’entrepôt conçu par Monoprix et son partenaire anglais Ocado. Ce qui distingue cet entrepôt de 36 000 m² d’un autre entrepôt est l’espace de stockage des produits conçu non pas en deux mais en trois dimensions. Des caisses en plastique, contenant chacune des produits strictement identiques (contenant, contenu et date limite de consommation) sont empilées les unes au-dessus des autres, sur une vingtaine de niveaux.

Au lieu de s’étaler en longueur ou en largeur, cet espace de stockage ultra-dense exploite donc pleinement l’axe vertical. Sur l’ensemble de l’entrepôt, pas moins de 500 000 emplacements ont ainsi été créés, pour un total de 22 000 références (disponibles sur le site marchand Monoprix Plus).
 


Un espace de stockage conçu comme une matrice
Au-dessus de cet espace de stockage conçu comme une "matrice" (les responsables de l’entrepôt l’appellent la "ruche") circulent des robots sur roulettes, de forme cubique. Creux à l’intérieur, ces robots peuvent, grâce à un système de crémaillères, faire remonter une caisse et la déplacer à un autre endroit, puis recommencer jusqu’à ce que la caisse dont ils ont besoin soit accessible. Une fois la bonne caisse récupérée, les robots l’acheminent vers la zone de picking où des opérateurs sont chargés de la préparation des commandes.
 


Chaque opérateur prépare jusqu’à trois commandes simultanément. L’algorithme lui indique, via un écran de contrôle, quel produit il doit insérer dans quel sac et dans quelle caisse. Une fois l’opération effectuée, de nouvelles caisses arrivent automatiquement pour une nouvelle répartition.

Une IA qui optimise chaque opération
"L’intelligence artificielle qui pilote l’intégralité du système permet d’optimiser toutes les opérations, depuis le stockage des produits jusqu’à la préparation des commandes. Lors des opérations de picking, l’opérateur peut ainsi être amené à mettre dans les caisses de livraison un même produit demandé par trois clients différents", détaille Ferdinand Tomarchio, Directeur e-commerce alimentaire chez Monoprix.
 

Une fois les commandes préparées, les caisses sont acheminées vers des chariots qui seront eux-mêmes chargés dans des camions de livraison. "Les caisses arrivent dans un ordre précis afin de permettre aux livreurs, en fonction de leurs tournées, d’accéder à la bonne caisse au bon moment. Par ailleurs, l’algorithme fait en sorte de ne pas trop charger certaines caisses et, au global, de ne pas déséquilibrer le chargement des camions", ajoute Ferdinand Tomarchio.

Ocado : un choix naturel pour le groupe Casino
C’est donc un entrepôt piloté de A à Z par des algorithmes d’intelligence artificielle que le groupe Casino, pour son enseigne Monoprix, a conçu, en partenariat très étroit avec le marchand-prestataire Ocado.

Ocado est un cybermarchand britannique qui a développé une technologie de gestion des entrepôts tellement avancée qu’il en a créé une activité à part entière. Depuis le mois de janvier, le cours de bourse de cet acteur atypique n’a cessé de grimper (+107 %), la crise sanitaire ne faisant que renforcer l’attrait des marchés financiers pour cette entreprise. Le 29 septembre dernier, la valorisation boursière (21,7 milliards de livres sterling) d’Ocado a même dépassé, le temps d’une journée, celle du géant britannique des supermarchés Tesco (21,1 milliards de livres sterling).

"Le choix d’Ocado s’est naturellement imposé à nous. Il s’agit de la meilleure solution pour l’e-commerce alimentaire au monde. Cette technologie incroyable présente de multiples avantages, en termes notamment de qualité de service client et de largeur d’offre", déclare Diane Coliche, Directrice Générale Exécutive de Monoprix.

Doubler le chiffre d’affaires global d’ici à 2030, grâce notamment à l’e-commerce
Chez Monoprix, les ambitions de croissance sont clairement affichées : "Nous voulons doubler notre chiffre d’affaires d’ici à 2030 pour atteindre 10 milliards d’euros. Et dans 10 ans, l’e-commerce devrait représenter 15 % de ce volume d’affaires. La croissance du e-commerce est en effet une tendance de fond", ajoute Diane Coliche qui précise que, pendant le confinement, l’activité e-commerce de Monoprix a été multipliée par quatre.

Une ambition de croissance corroborée par les chiffres de la FEVAD pour le deuxième trimestre 2020. Au cours de cette période, la croissance du e-commerce en France a été de 5,3%, principalement tirée par la vente de produits (+ 83% pour les achats en ligne auprès des enseignes magasins).

Après Monoprix Express, qui propose plus de 15 000 produits sur le site Monoprix.fr, après le partenariat avec Amazon Prime Now, qui livre en 2 heures sur Paris, Lyon, Nice et Bordeaux, Monoprix se dote d’une brique e-commerce supplémentaire avec "Monoprix Plus", dont le site www.courses.monoprix.fr est dédié au partenariat noué avec Ocado. Sa zone de chalandise couvre actuellement l’Ile-de-France mais s’étendra, à terme, à l’Ouest et au Nord du pays. Les livraisons se font à J+1 et les créneaux de livraison proposés sont d’une heure.
 


O’Logistique, une filiale créée spécialement pour le partenariat avec Ocado
Filiale du groupe Casino créée mi-2018, O’Logistique est l’entité chargée de gérer le site de Fleury-Merogis, dans le cadre du partenariat avec Ocado. Les effectifs de l’entrepôt sont actuellement de 300 personnes. Ils pourraient monter à 1 000 collaborateurs à brève échéance. A noter qu’O’Logistique gère également une centaine de véhicules de livraison fonctionnant au biogaz.

 


La particularité d’O’Logistique est d’employer des chauffeurs-livreurs salariés et non des prestataires externes. Ces chauffeurs-livreurs sont vus par Monoprix comme de véritables ambassadeurs de la marque. Ils sont formés pour proposer aux clients, lors de la livraison, l'ensemble des services proposés par l’enseigne : vérification du contenu de la commande, information sur les produits substitués et reprise des sacs plastiques afin de les revaloriser (cette dernière proposition a été suspendue en raison de la pandémie).

Les chauffeurs-livreurs ont également pour mission de suivre scrupuleusement l'ordre de la tournée, organisée par l'Ocado Smart Platform. Cette dernière prend en compte l'ensemble des paramètres inhérents à cette activité : temps de route, prévision de trafic, temps de livraison en fonction du client, créneaux de livraison choisis par la clientèle...

"Comme dans toute activité logistique, il y a des imprévus, des accidents sur la route, des ralentissements. Nos chauffeurs sont formés pour appeler leurs clients et les prévenir de tout retard. Cela a un effet extrêmement positif. D’ailleurs, notre NPS (Net Promoter Score) est supérieur à 50%, ce qui contraste avec le reste du marché", conclut Ferdinand Tomarchio.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media