Vitagora lance AcceleRise, un accélérateur de start-up de la Food Tech

Vitagora réaffirme son soutien envers les start-up de la Food Tech. Le pôle de compétitivité agro-alimentaire Bourgogne Franche-Comté et Ile-de-France
lance AcceleRise, un accélérateur dédié à des jeunes pousses triées sur le volet. La session démarrera le 19 janvier 2017.

Partager
Vitagora lance AcceleRise, un accélérateur de start-up de la Food Tech

Les investissements dans les start-up de la food-tech ont explosé en 2015. Au total, 5 milliards de dollars ont été dépensés au niveau international dont 1,1 milliard en Europe, selon les chiffres de 33entrepreneurs. C’est sur ce constat que Vitagora a choisi de lancer un accélérateur dédié aux jeunes pousses qui évoluent dans le domaine de l’alimentaire, de la fourche à la fourchette.

Baptisé AcceleRise, cet accélérateur propose un programme intensif à partir de janvier 2017. L’initiative est soutenue par trois industriels : Seb, InVivo et Dijon Céréales. Et par deux banques : le Crédit Agricole Champagne Bourgogne et la Caisse d’Epargne de Bourgogne Franche-Comté. Par ce projet, Vitagora s’est fixé deux objectifs principaux : réduire le "time to market" ; et accélérer le développement produit, en passant du prototypage à l’industrialisation. "Nous voulons apporter aux start-up un vrai accompagnement dans l'industrialisation, la mise en marché et la distributon des produits", explique Olga Naryzhnaya, business developper d’AcceleRise. Agriculture, Transformation, Distribution, Consommation… Les quatre domaines d’expertises du pôle de compétitivité seront représentés.

Une communauté food tech

Pour cela, le pôle de compétitivité promet d’analyser les besoins des deux types d’acteurs (Start-up et Industriels)… et d’y répondre. "Les jeunes entreprises ont besoin d’un accompagnement, tandis que les grandes entreprises ont besoin d’analyser les transformations digitales", précise Olga Naryzhnaya. Et d’ajouter : "Beaucoup de start-up ont témoigné leur besoin d’être accompagnées et de réduire leurs coûts. De leur côté, les grands groupes ont les ressources et cherchent à s’associer avec des partenaires innovants".

En quelque sorte, AcceleRise serait une sorte de "médiateur" entre ces deux acteurs. "Notre ambition est de créer une vraie communauté food tech pour favoriser le partage d’info entre les centres de recherche, industriels, PME, start-up, incubateurs…", explique Olga Naryzhnaya. Et ce, en France, comme à l’international.

Un programme intensif de 3 mois

Lancé le 6 octobre 2016, le dépôt des candidatures est ouvert jusqu’au 25 novembre. Les six à dix start-up retenues seront annoncées le 16 décembre. La première session débutera le 19 janvier 2017. Les start-up sélectionnées bénéficieront d’un programme d’accompagnement de trois mois, orienté autour de trois grandes thématiques : "shape" (définir, élaborer son projet), "build" (construire) et "sell" (vendre). Les mentors, eux, s’engagent à accompagner les start-up pendant 6 mois et cela avec un rendez-vous physique par mois et des points d’étape tous les 15 jours.

Vitagora tient à rappeler qu’il s’agit d’"un programme à but non lucratif" : "AcceleRise va exister grâce à ses partenaires associés". Sur un budget évalué à 80 000 euros par projet, les start-ups ne devront verser "que" 5000 euros. Le reste étant financé, donc, par les partenaires.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS