Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Viva Tech] Cisco à la recherche d'un business model pour déployer la 5G en zone rurale

Un projet pour développer les cas d'usages de la 5G en zones rurales a été piloté par Cisco au Royaume-Uni. A l'occasion du salon Viva Technology, l'entreprise américaine raconte comment ce consortium regroupant 29 acteurs cherche à trouver un business model permettant aux opérateurs de rentabiliser la 5G. Quatre domaines ont été explorés : tourisme, énergie, transport et agriculture.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Cisco à la recherche d'un business model pour déployer la 5G en zone rurale
Trois champs d'éoliennes situés en pleine mer ont été connectés afin d'anticiper leur production. © Siemens AG Siemens AG

Cisco a piloté le consortium "5G rural first" mené au Royaume-Uni. A l'occasion du salon Viva Technology, qui se tient à Paris du 16 au 18 mai 2019, l'entreprise informatique américaine explique à L'Usine Digitale que l'objectif de ce projet de co-innovation est de trouver un business model afin de déployer la 5G en zone rurale.

 

Chercher un business model pour la 5G

"Pour démarrer les investissements sur la 5G, il n'est pas possible de s'appuyer sur la demande de consommation du grand public dont une grande partie est connectée en 4G. Les investissements 5G sont très importants et les gens ne sont pas prêts à payer plus cher leurs abonnements", affirme Guillaume de Saint Marc, directeur de l’innovation de Cisco. Face à ce constat, et aux promesses de la 5G (fiabilité, faible latence, slicing…), il faut se tourner vers le BtoB et compter sur la digitalisation des différents secteurs industriels. D'où ce "projet de co-innovation avec le gouvernement (anglais, ndlr), des universités et des industriels : un consortium regroupant 29 acteurs", résume Guillaume de Saint Marc.

 

L'idée a été de multiplier les pilotes et les expérimentations que ce soit avec de la 5G, de la 4G ou du Wifi. Cisco s'est occupé d'installer et gérer le cœur de réseau à Glasgow. Puis, quatre secteurs industriels, qui se développent hors des villes ont été explorés : AgriTech, transport, énergie et tourisme. Avec "5G rural first", les acteurs du consortium cherchent à "comprendre le potentiel business de la somme de toutes ces applications pour voir si cela permet de faire décoller l'investissement 5G", résume Guillaume de Saint Marc.

 

 

Des éoliennes et des ferries connectés dans le Nord

Dans le Nord de l'Ecosse, vers l'archipel des Orcades, ce sont les secteurs de l'énergie et du tourisme qui ont été explorés. Les ferries ont notamment été connectés durant toute la durée de leurs trajets ce qui permet de proposer une connectivité à l'ensemble des passagers et d'avoir une liaison constante entre les ferries et les capitaineries. Auparavant les ferries étaient seulement connectés à l'arriver et au départ des ports. Grâce à la 5G, une application touristique en réalité augmentée est désormais proposée : l'histoire de la région est relatée à l'aide de personnages qui apparaissent en réalité augmentée à différents points historiques de la région.

 

Au-delà du tourisme, ce territoire comporte trois champs d'éoliennes situés en pleine mer. Il est nécessaire de les connecter afin "d'anticiper et comprendre le niveau de production à un instant donné et être capable en temps réel d'absorber l'énergie produite par ces éoliennes", explique Guillaume de Saint Marc. La plus grande connectivité permet aussi de développer des solutions de maintenance prédictive afin de réduire ces coûts.

 

Des vaches et des tracteurs connectés

Dans le domaine de l'agriculture, la start-up Afimilk a pu déployer ses colliers pour connecter des élevages de vaches. Spécialisée dans l'AgriTech, Afimilk propose une solution  permettant de suivre la température, le cycle de rumination, le rythme cardiaque… Les éleveurs sont rapidement au courant en cas de problème avec une vache et peuvent mieux s'occuper de leur élevage.

 

En parallèle, un projet de repérage par drone de la qualité des sols a été mené. "Ce n'est pas nouveau, mais la 5G permet d'accélérer le déploiement de ces technologies", assure Guillaume de Saint Marc. D'autant plus qu'un engin d'épandage autonome permettant de doser plus finement la quantité répartie, à une dizaine de centimètre près, peut fonctionner en même temps. "La faible latence apportée par la 5G est très importante ici", assure Guillaume de Saint Marc. Cela permet de mieux piloter à distance ces engins et il est beaucoup plus facile d'avoir un véhicule autonome dans un champ que dans une ville.

 

Mais ce n'est pas tout. Un élevage de saumon a aussi été connecté, de même que l'eau de certaines écoles est monitorée afin de détecter la légionnelle. La BBC teste quant à elle la diffusion de broadcast via la 5G. Les cas d'usages sont nombreux et le but est de minimiser le coût de son développement en multipliant ces utilisations.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale