Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Viva Tech] La start-up Immersion 4 rafraîchit les data centers… et veut réutiliser l’énergie qu’ils dégagent

Vidéo Plongés dans des cuves remplies d'un fluide de sa propre composition, les data centers équipés par Immersion 4 peuvent tourner jusqu'à 125 % de leurs capacités. A l'occasion de Viva Tech, qui se tient à Paris du 16 au 18 mai 2019, la start-up a surtout mis en avant sa volonté de réduire leur empreinte énergétique partout dans le monde. Explications.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up Immersion 4 rafraîchit les data centers… et veut réutiliser l’énergie qu’ils dégagent
[Viva Tech] La start-up Immersion 4 rafraîchit les data centers… et veut réutiliser l’énergie qu’ils dégagent © Arthur Le Denn

Les data centers font aujourd’hui partie des bâtiments les plus énergivores dans le monde. En 2016, ces derniers ont représenté 5 % de la consommation mondiale d’électricité et exploité pas moins de 626 milliards de litres d’eau. L’un dans l’autre, ils ont été tenus responsables pour environ 3 % des émissions de gaz à effet de serre. A l’heure où les données se font de plus en plus nombreuses, comment permettre de faire rimer technologie avec écologie ?

 

A l’occasion du salon Viva Technology, qui se tient à Paris du 16 au 18 mai 2019, la start-up Immersion 4 a présenté sa solution visant à placer les data center dans un système DTM (Dynamic Thermal Management). Dans les faits, ces cuves remplies d'un fluide ICE (Immersion Coolant for Electronics) sont capables de réduire drastiquement leur empreinte énergétique. "Il s’agit d’une nouvelle génération d'huile diélectrique 100 % synthétique, indique à L’Usine Digitale Xavier Wybo, son directeur commercial. Celle-ci circule grâce a un dispositif que nous avons spécialement développé, baptisé FlowHT et qui facilite la récupération calorifique." 

 

 

AUGMENTER LA VITESSE D'HORLOGE DES SERVEURS

La plupart des serveurs traditionnels fonctionnent en mode dégradé pour éviter la surchauffe. Immergés, ceux couverts par la solution d’Immersion 4 seraient ainsi plus adéquats pour réaliser des calculs complexes. "Les systèmes DTM permettent a l’électronique immergée de fonctionner en permanence au maximum de la puissance, voire même d'augmenter la vitesse d’horloge [aussi appelée overclocking, N.DL.R.] sans pour autant avoir la dépense énergétique normalement associée lorsqu’elle est refroidie par l'air", résume Xavier Wybo. La start-up juge également sa solution "très économique". La SNCF ainsi que de nombreux groupes bancaires feraient confiance à Immersion 4, huit mois après la création de sa filiale française. Pour ces dernières, il s’agit de développer des activités gourmandes en données telles que la cryptomonnaie.

 

"Hewlett Packard (HP) a éprouvé la solution sur le long-terme", souligne le directeur commercial, pour qui c’est un argument de choix pour convaincre les clients potentiels. Les prix pratiqués par Immersion 4 varient, notamment en fonction de la configuration de la salle à équiper. La jeune pousse veut développer son offre en proposant de récupérer la chaleur dégagée par les serveurs – un projet sur lequel elle échangerait avec quelques grands comptes – ou en revendant les espaces de stockage inutilisés à d’autres entreprises. Une solution qui permettrait par exemple au propriétaire du data center de faire des économies sur ses charges immobilières. "Nous pensons surtout que pour des raisons de contraintes énergétiques, cela peut redonner de la souveraineté aux Etats", estime Xavier Wybo.
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale