Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Viva Tech] Un robot testeur de maquillage chez L'Oréal

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

L'Oréal s'est doté d'un robot collaboratif du danois Universal Robot. Utilisé en laboratoire, l'engin permet d'industrialiser les essais de nouvelles solutions de maquillage pour recueillir des mesures avec une précision scientifique et, in fine, accélérer la mise sur le marché de nouveaux produits.

Un robot testeur de maquillage chez L'Oréal
[Viva Tech] Un robot testeur de maquillage chez L'Oréal © Universal Robot

Un bras robotisé qui dépose à haute cadence du fard à paupière et du mascara sur le visage d'une poupée… Forcément la scène intrigue et les visiteurs du salon Viva Technology étaient nombreux à s'arrêter devant le stand du groupe L'Oréal. Pour éviter toute confusion, l'entreprise de cosmétique explique d'emblée que la démonstration a été imaginée expressément pour le salon, qui se tenait du 24 au 26 mai 2018 à Paris. "Nous n'utilisons pas le robot pour déposer du maquillage sur des visages de poupées. En revanche, nous l'utilisons pour faire des tests de maquillage sur des supports spécifiques que nous avons choisi de garder confidentiels", explique Nicolas Duru, responsable de ce projet de robotisation chez L'Oréal.

 

Accélérer la mise sur le marché des nouveaux produits

Le robot est un bras robotisé UR3 d'Universal Robot, spécialiste danois des robots collaboratifs qui ont la particularité de pouvoir évoluer aux côtés d'humains sans être enfermés dans une cage. Peu coûteux (environ 20 000 euros), le dispositif est aujourd'hui utilisé pour industrialiser les tests de maquillage et obtenir des mesures avec un degré de précision scientifique.

L'objectif est d'anticiper "le résultat maquillage", expliquent les équipes, c’est-à-dire d'évaluer comment un fond de teint permet d'éliminer les irrégularités ou encore de mesurer quelle quantité de mascara est nécessaire pour obtenir un résultat précis. Cela permet ainsi aux équipes qui ont reçu le brief marketing de se focaliser sur les solutions ayant obtenu les meilleures évaluations par rapport aux résultats attendus. Seules ces solutions seront ensuite testées sur des humains, collaborateurs ou clients du groupe, avant leur commercialisation. Un moyen, selon L'Oréal, d'accélérer la mise sur le marché d'un nouveau produit.

 

 

"Nous disposons de ce robot depuis un an et demi et venons de faire l'acquisition d'un deuxième. Au départ, il a fallu convaincre la direction car nous n'avions pas d'idées claires sur son usage, commente Nicolas Duru. Mais finalement, nous avons identifié rapidement de nombreuses applications". Le robot peut être utilisé pour caractériser des mouvements d'usages propres à chaque pays. "En recueillant les données issues de ces tests, il est ainsi possible de faire évoluer le packaging produit pour l'adapter aux besoins des marchés locaux", explique-t-il. "Le robot nous permet de dégrossir les tests et de gagner en time to market", résume le manager.

 

Facilité d'usage

Autre avantage de l'intégration du robot au sein du laboratoire : sa facilité d'adoption. Seule une semaine de formation a été nécessaire pour que les ingénieurs et les techniciens, davantage chimistes que roboticiens, apprennent à programmer l'engin. De quoi générer une nouvelle émulation au sein de l'équipe.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale