Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Vodafone veut renforcer sa participation dans sa filiale indienne

Actus Reuters L'opérateur britannique Vodafone s'apprête à présenter une demande dans les semaines à venir auprès de l'office gouvernemental de promotion des investissements étrangers (FIPB) en vue du rachat de participations des actionnaires minoritaires de sa filiale en Inde, a indiqué une source à Reuters. Le coût d'une prise de contrôle totale pourrait atteindre deux milliards de dollars (1,47 milliard d'euros).
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Vodafone veut renforcer sa participation dans sa filiale indienne
Vodafone veut renforcer sa participation dans sa filiale indienne © Wikimedia commons

Vodafone a l'intention d'augmenter sa participation dans le capital de sa filiale indienne à la suite de l'autorisation accordée dans le pays aux sociétés étrangères de prendre le contrôle total d'opérateurs télécoms locaux, a appris Reuters mardi de source bien informée sur la stratégie du groupe.

L'opérateur britannique s'apprête à présenter une demande dans les semaines à venir auprès de l'office gouvernemental de promotion des investissements étrangers (FIPB) en vue du rachat de participations des actionnaires minoritaires de sa filiale, précise-t-on de même source. Elle ajoute que Vodafone n'a pas encore décidé s'il rachèterait la totalité des minoritaires.

Vodafone a refusé de répondre à la question de savoir s'il allait augmenter sa participation dans Vodafone India.

Le coût d'une prise de contrôle totale pourrait atteindre deux milliards de dollars (1,47 milliard d'euros).

Vodafone, qui est entré sur le marché indien en 2007 via le rachat des actifs de téléphonie mobile de Hutchison Whampoa dans le cadre d'un accord de 11 milliards de dollars, possède directement et indirectement 84,5% de Vodafone India.

En août, l'Inde a assoupli sa réglementation pour autoriser les sociétés étrangères du secteur comme Vodafone a détenir 100% de leurs filiales. Auparavant, la participation directe dans le capital d'une filiale indienne était limitée à 74%.

Avec Reuters (Kate Holton et Devidutta Tripathy)

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.