Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Voiture connectée : qui sortira gagnant ?

Alors que la part en valeur de l’électronique dans une automobile atteint déjà les 40%, les évolutions futures de la voiture connectée ouvrent la voie à de nouveaux services créateurs de valeur. Pour pouvoir exploiter cette manne, constructeurs et géants de la high-tech doivent collaborer et dépasser leurs différences structurelles. Mais ces partenariats naissants ne cacheront pas longtemps une plus âpre bataille pour le contrôle du véhicule et l’exploitation des données les plus rentables. Véronique Saubot, présidente du cabinet de conseil en innovation industrielle Coronelli International, qui prévoit l’avènement probable de la voiture autonome à grande échelle d’ici à 30 ans, décrypte les éléments clé qui seront indispensables aux vainqueurs.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Voiture connectée : qui sortira gagnant ?
Voiture connectée : qui sortira gagnant ? © DR

Bien que leurs objectifs finaux diffèrent, les constructeurs d’automobiles et les sociétés IT s’associent pour enrichir l’automobile et lui donner sa place dans un environnement à venir totalement connecté.  Ces partenariats s’avèrent nécessaires de par les différences profondes entre ces industries, notamment en termes de savoir-faire et de cycles de développement.

DE NOUVELLES FONCTIONS QUI NE PEUVENT ÊTRE NÉGLIGÉES

Ce dernier point s’efface déjà pour les fonctions de divertissement : les systèmes Android Auto de Google  et CarPlay de Apple prévus respectivement pour la fin de l’année et 2015 donnent une large part du traitement informatique des applications (itinéraires, musique, contacts…) aux téléphones et leurs fréquentes mises à jour. Concernant les fonctions cœur de métier des constructeurs (conduite, sécurité, maintenance…) rendues plus efficaces via la connectivité, il sera plus délicat de concilier le fourmillement de l’univers 3.0 avec la nécessité d’installer des équipements physiques fiables et conçus pour durer tout au long de la vie du véhicule.

Un équilibre sera à construire car les possibilités qu’offrent les voitures connectées sont encore loin d’être exploitées : des contrats d’assurance calculés selon les temps et mode de conduite à l’optimisation fine de la maintenance en passant par des informations sur l’environnement traversé (restaurants, stations-service, places de stationnement…). Toutes ces informations forment, entre autres, le réservoir de monétisation de l’automobile de demain, en attente d’être exploité.

Un rapport de force qui s’inverse ?

Cependant, c’est ce cadre qui donnera la mainmise sur le véhicule aux acteurs qui en fourniront les outils. La valeur d’un véhicule ne se calculera plus à partir de la simple valeur d’achat ou du programme de financement ; il s’agira de capter toutes cette information que générera le véhicule tout au long de son utilisation. Les sociétés Internet ont un temps d’avance mais les industriels de l’automobile tentent de rattraper leur retard via leurs propres applications. Alors que les premières cherchent surtout à gagner de nouveaux marchés et utilisateurs - pour alimenter la masse d’informations qu’ils bâtissent, les seconds veulent fidéliser leurs clients en leur proposant un environnement connu et commode.

Mais ce sont justement ces clients qui décideront selon leurs usages, en voulant être connectés à tout instant, dans et hors du véhicule. Cela s’impose aux constructeurs mais également aux fabricants de téléphones qui doivent accepter de se soumettre à des standards afin que n’importe quel modèle soit connectable (via Mirrorlink, sans Apple pour le moment). De même, les applications des constructeurs existantes, payantes, pourraient bien disparaître au profit de celles, souvent gratuites, déjà installées sur les smartphones : pourquoi payer une deuxième fois des services, de surcroît via une interface différente ? Les utilisateurs de smartphones privilégient ce qu’ils utilisent à tout instant de leur vie et promeuvent les modifications constantes et personnalisables du secteur.

Ce levier de contrôle constitue le risque pour les constructeurs d’automobiles de se voir cantonnés au second plan dans la création de valeur. Ils seraient alors relégués à leur métier historique et au renvoi d’informations matérielles, activités aux marges peu élevées et disputées, après que les géants du Net se seront accaparé les activités bien plus lucratives (du fait d’un investissement initial plus faible) citées plus haut. L’utilisateur cherchera en effet à pouvoir consulter toutes les informations du véhicule en un seul endroit : son téléphone.

La notion actuelle d’automobile disparaîtra

Au-delà de la voiture connectée se profile son évolution, au développement déjà avancé, avec la voiture autonome. La place de l’automobile dans l’esprit de l’utilisateur changera, le temps auparavant dévolu à la conduite se libérant pour d’autres activités. L’importance de la force de proposition des grands constructeurs diminuera encore puisque l’automobile sera davantage un habitacle en retrait des activités que l’utilisateur ne voudra interrompre.

Toutefois, l’industrie de l’automobile pourra toujours compter sur le développement de nouveaux systèmes de détection et communication entre véhicules, environnement et utilisateurs. Là encore, le risque est que les sociétés IT maîtrisent déjà les données hors du véhicule (Google se positionne dès maintenant sur tout un ensemble d’objets connectés en sus de l’automobile).

Le concept de voiture particulière pourrait également s’estomper face à la notion pure de déplacement universel et disponible que les automobiles connectées et autonomes perfectionneront. Les sociétés Internet possèdent déjà un temps d’avance en ayant popularisé covoiturage et auto-partage. Ces solutions de mobilité sont une des principales sources de revenus identifiées dans les services gravitant autour de la voiture connectée.

L’automobile servira alors davantage de taxi (en tout cas dans les zones denses) et d’hébergeur de données. Ce dernier maillon dans l’évolution de la voiture en concrétisera la transformation en service.

Véronique Saubot, présidente du cabinet de conseil en innovation industrielle Coronelli International

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Jdfcar
11/10/2014 00h42 - Jdfcar

Je le dis tout net,les industriels de l'automobile se lancent depuis un moment dans un vaste rideau de fumée technologique, pour nous faire croire (le public et même une certaine presse dupe mais bêtement technoide) qu'ils sont à la pointe du devenir automobile futur. Au fait avec une "innovation" claironnée toutes les semaines à tour de rôle, ils ont tous l'air d'un canard qui court sans tête. Des sommes colossales sont investies à la recherche d'un standard qui ne viendra pas. Ce standard a comme maître mot (très tendance) " la connectivité" et la voiture "autonome". Le fossé est tellement abyssal avec une possibilité réelle de généralisation de ces supposées technologies (théorisés même par des cabinets de prospective pour donner une consistance à un futur autoréalisé qui "devra" forcément arriver) que ce fossé n'est qu'un manque total d'infrastructures mondiales pour les recevoir. Exemple: Même un constructeur comme Tesla qui est réputé avoir vu juste sur le VE pur à grosse autonomie, en faisant évoluer son modèle phare, annonce ces deux type de technologies (propriétaires) installés à bord, mais avec un prix (120.000 dollars) qui n'aura jamais une diffusion planétaire ou qui ressemble de près ou de loin à la voiture de masse de demain. Le client riche qui en fera l'acquisition ne s'en servira guère. Il n'a pas de temps à PERDRE avec ça. Ces technologies buteront (sur la route) toujours sur le moins dénominateur commun, au fait sur une circulation technologiquement chaotique. La seule chance de faire la voiture de masse de demain, partant du principe, et sans devenir un artisan d'objets de luxe, qu'il faut faire de très grosses séries pour gagner de l'argent, est de s’attaquer au problème de la fiabilité du "produit" automobile sur une période d'usage que j'estime devrait être supérieur à 150.000 km sans pannes immobilisantes pour sont propriétaire. L'énorme cash flow disponible par les trois ou quatre grands constructeurs est visiblement utilisé à mauvais escient dans le fameux "rideau de fumée" technologique actuel et ceci sans résultat. Le public finit par n'en croire un mot à toutes ces "innovations" vite obsolescentes et en ordre dispersée et même aux fameux concepts cars présentés dans les salons. Ce qui est le plus inouï c'est cette répétition "ad nauseum" que les données recueillis dans une voiture c'est le "nouveau" eldorado...et pire, qu'on va se permettre, sans restrictions ni même éthique de faire une intrusion dans l'univers de l'automobiliste. Le réveil sera violent, car l’automobiliste va finir par se révéler "violent" dans sa réaction de rejet. Il est temps que des lanceurs d'alerte commencent à ce manifester pour faire réfléchir certains, surtout ceux qui vont forcément perdre beaucoup d'argent dans le futur.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale