Volocopter veut déployer ses drones dans les chaînes logistiques pour porter des charges lourdes

Volocopter mettra à l'œuvre son VoloDrone dans des cas d'usage industriels avant la mise en circulation de son taxi volant. La start-up allemande souhaite se concentrer sur le marché B2B et trouver des cas d'usage pour aider les entreprises au milieu de leur chaîne logistique, plutôt que de se concentrer sur la livraison du dernier kilomètre. Son premier partenariat est avec le transporteur DB Schenker.

Partager
Volocopter veut déployer ses drones dans les chaînes logistiques pour porter des charges lourdes

Volocopter, start-up allemande connue pour son développement d'un taxi volant, conçoit aussi des drones pour le transport de marchandises. Et pour ces derniers, la jeune pousse vise le marché B2B et non pas la livraison de colis pour les particuliers. "Les opportunités dans la logistique sur le marché urbain sont toutes aussi grandes que le marché du transport de personnes", affirme Florian Reuter, le CEO de Volocopter, dans une interview accordée à Reuters.

Un premier déploiement de VoloDrone en 2021
"Lorsque les gens pensent à la logistique et aux drones ils pensent toujours aux paquets de 3 kg et aux derniers kilomètres pour une livraison à domicile", assure Florian Reuter. "Mais c'est le kilomètre intermédiaire, pas le dernier, que nous desservons". La start-up s'est rapprochée du groupe de logistique DB Schenker, qui a participé à sa dernière levée de fonds d'un montant de 37 millions d'euros, pour déployer ses drones de transport lourd. Un partenariat qui va lui permettre d'acquérir de l'expérience de vol dans l'optique de déployer ensuite ses taxis volants.

"Les drones sont l'une des technologies qui nous permettent de repenser l'organisation de la supply chain pour la logistique urbaine", affirme Jochen Thewes, le CEO de Schenker. "Notre but commun est d'avoir la preuve d'un cas d'usage commercial en 2021". Volocopter prend donc le contre-pied d'autres entreprises qui se sont lancées dans l'utilisation de drones légers pour la livraison auprès de particuliers. Amazon ou Wing, la filiale d'Alphabet, développent et testent des drones dans le cadre de ces usages. La technologie de Volocopter, pensée pour le transport de personnes, est de son côté plus adaptée au transport de charges lourdes.

Un ticket pour monter à bord d'un taxi volant

Volocopter a ouvert le 16 septembre les réservations auprès des particuliers pour les vols à bord de son son taxi volant VoloCity. Le billet peut être acheté avec un dépôt de 10% du prix total qui s'élève à 300 dollars. Seules 1 000 préventes seront réalisées et permettront de réaliser un vol d'une quinzaine de minutes à bord du VoloCity dans les 12 mois suivant le déploiement commercial.


Le VoloDrone peut porter jusqu'à 200 kg
VoloDrone, le drone télécommandé de Volocopter, peut transporter jusqu'à 200 kg et dispose d'une autonomie de 40 kilomètres. Il peut facilement être utilisé pour livrer du matériel médical à un hôpital ou des composants dans une usine, mais aussi dans l'agriculture. Par exemple, en partenariat avec John Deere, Volocopter a montré que son drone pouvait être utilisé pour faire de l'épandage sur les champs.

La start-up allemande espère avoir une certification complète de l'EASA (l'agence européenne de la sécurité aérienne) pour son VoloCity, qui est conçu pour transporter des personnes, d'ici fin 2022. Le VoloDrone, qui a un design similaire, devrait suivre en 2023. Mais le personnel de DB Schenker pourra être formé avant cette date à opérer un VoloDrone à l'aide de simulations. Les partenaires devraient alors pouvoir obtenir une autorisation, avant sa certification, pour utiliser le VoloDrone dans le cadre d'un usage précis.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS