Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Volta Medical teste l’intelligence artificielle en chirurgie cardiaque

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La start-up marseillaise Volta Medical a mis au point un logiciel d’intelligence artificielle pour guider les cardiologues durant leurs interventions chirurgicales. Sa levée de fonds de 2,3 millions d’euros va contribuer à financer une étude européenne pour en démontrer les performances.

Volta Medical teste l’intelligence artificielle en chirurgie cardiaque
Volta Medical teste l’intelligence artificielle en chirurgie cardiaque © Buecherwurm_65/Pixabay

La fibrillation auriculaire ou atriale (FA) est une pathologie cardiaque qui se caractérise par des contractions anarchiques, rapides et irrégulières qui empêchent le cœur de pomper le sang correctement. C’est l’arythmie cardiaque la plus répandue au monde (1). Jusqu’alors, pour repérer les impulsions électriques sources de la fibrillation, les cardiologues devaient manipuler des sondes dans le cœur (technique dite d’ablation par cathéter) ou les détecter visuellement.


AIFib, la solution de Volta Médical

En compilant, analysant et "digérant" une multitude de données sur la maladie, Volta Médical a conçu un logiciel d’intelligence artificielle, "AIFib", qui aide le médecin à identifier plus facilement ces signaux électriques intracardiaques et à les traiter durant les opérations chirurgicales. Créée en 2016, la jeune société marseillaise a modélisé et automatisé le processus.

"La solution résulte de deux ans de recherches mais tire profit des dix ans d’expériences des médecins cofondateurs dans les signaux intracardiaques, Julien Seitz, Clément Bars, à Marseille, et Jérôme Kalifa, à Rhode Island, aux Etats-Unis, explique le directeur général, Théophile Mohr-Durdez, lui-même ingénieur, sollicité pour la réaliser. Elle est opérationnelle. Une étude menée depuis juillet 2018 sur plusieurs dizaines de patients de l’hôpital Saint-Joseph à Marseille, avec le soutien de la Fondation Hôpital Saint-Joseph, donne des résultats prometteurs. Nous la publierons au printemps 2019".

 

Une levée de fonds de 2,3 M€ pour la R&D e le développement commercial

Volta Médical avait concrétisé une première levée de fonds de 400 000 euros auprès de cardiologues pour développer le logiciel. Grâce à la nouvelle levée de fonds, en amorçage, de 2,3 millions d’euros  annoncée ce 22 octobre 2018, une "étude clinique européenne multicentrique" va pouvoir être lancée afin d’en démontrer les performances au bloc opératoire.
 

"Nous avons sélectionné une dizaine de centres en Europe qui pourront l’expérimenter afin d’asseoir durablement la légitimité d’AIFib auprès de la communauté de cardiologues, poursuit-il. Cette levée d’amorçage doit également permettre de renforcer l’équipe, actuellement d’une dizaine de personnes, sur la R&D et le commercial. Recruté comme directeur des opérations, Denis Hansjacob (anciennement chez St Jude Medical) a pour mission d’attirer les collaborateurs qui devront accompagner l’installation du logiciel dans les établissements et préparer la commercialisation en Europe et aux Etats-Unis courant 2020, lorsque nous aurons obtenu les agréments CE et FDA indispensables. Quant à la R&D, elle devra travailler sur de nouvelles solutions pour la cardiologue et la rythmologie interventionnelle. Les pistes sont multiples", assure Théophile Mohr-Durdez.


Plusieurs fonds d’investissement avaient été prospectés mais c’est Pasteur Mutualité (assurance mutualiste – 138 000 adhérents) qui apporte la majeure partie du tour de table (à hauteur de 2 millions d’euros), aux côtés d’investisseurs privés. "Ce groupe est dirigé par des médecins qui comprennent bien la problématique et les enjeux d’AIFib. Il s’est montré intéressé par la solution et nous fait confiance pour la développer".  



(1) 7 millions de patients sont concernés par la FA aux USA, 11 millions en Europe et 750 000 en France (avec un doublement prévu du nombre de patients concernés d'ici 30 ans). 1 sujet de 55 ans a 1 chance sur 4 de faire de la FA au cours de sa vie (24,8% hommes, 22,9% femmes).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale