Vous pourriez bientôt gagner de l’argent en conduisant… en échange de données sur le trafic routier

Le constructeur Jaguar-Land Rover a annoncé lundi 29 avril 2019 mener des tests pour équiper ses véhicules de portefeuilles intelligents, qui permettront d’engranger des crédits à condition de partager des données au sujet du réseau routier avec les autorités publiques.

Partager
Vous pourriez bientôt gagner de l’argent en conduisant… en échange de données sur le trafic routier

Et si vous payiez votre péage ou votre parking grâce à de l’argent virtuel engrangé en conduisant ? Cela pourrait devenir monnaie courante. Le constructeur Jaguar-Land Rover (JLR) a annoncé lundi 29 avril 2019 mener des tests en Irlande en vue d’équiper ses véhicules d’un portefeuille intelligent. Une solution qui présente un avantage économique, à l’heure où la connectivité domine le marché.

Un échange de bons procédés

Nids-de-poule, embouteillages, intempéries… C’est en communiquant des informations au sujet du réseau routier qu’un automobiliste pourrait gagner des crédits. Une façon d’inciter les consommateurs à partager leurs données, alors qu’ils sont encore craintifs quant à la protection de leur vie privée. La firme a néanmoins annoncé que celles-ci seraient "anonymisées dès que cela est possible".


Selon elle, il s’agirait avant tout de "simplifier la vie des usagers". "A l’avenir, une voiture électrique pourrait ainsi rejoindre une borne de recharge et payer d’elle-même", a illustré dans un communiqué de presse Russell Vickers, développeur chez JLR. Cette technologie entrerait dans la stratégie globale du groupe, baptisée Destination Zéro, visant à éliminer accidents, émissions polluantes et embouteillages.

Une caméra et des alertes

Concrètement, une caméra capte ce qu’il se passe à l’avant du véhicule pour détecter les variations dans la circulation ou l’état de la chaussée. Si le constructeur se réserve encore de parler du matériel exploité par cette technologie, il indique que "la voiture envoie automatiquement une alerte lorsque cela se justifie"… que ce soit aux fournisseurs de services de navigation ou aux autorités locales. D’autres véhicules connectés pourraient ainsi être prévenus de dysfonctionnements.

Ces premiers portefeuilles intelligents auront recours à la cryptomonnaie IOTA. Un porte-parole de JLR a indiqué à nos confrères de Digital Trends qu’il n’y avait "pas de limite théorique à la somme que puisse engranger un automobiliste", estimant que cette dernière "dépendrait du type de scénarii de conduite auxquels le véhicule serait exposé". Dans tous les cas, pas d’inquiétude : dans les contrées où les autorités ne prendraient pas part au système, du fait de l’absence de péages par exemple, il resterait possible de virer cet argent virtuel sur son compte en banque. Le constructeur automobile s’attend à ce que quelque 75 millions d’appareils aient recours à cette technologie d’ici à 2025.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS