Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Waymo réfléchirait à lever jusqu'à 4 milliards de dollars

Vu ailleurs Waymo, la filiale d'Alphabet qui développe des véhicules autonomes et déploie son service de robot taxi Waymo One, réfléchirait à lever jusqu'à 4 milliards de dollars. Alors que Google semble vouloir réduire ses dépenses pour financer ces projets de recherches coûteux, des questions sont soulevées autour de la stratégie de Waymo dont les avancées semblent stagner après des développements rapides.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Waymo réfléchirait à lever jusqu'à 4 milliards de dollars
Waymo réfléchirait à lever jusqu'à 4 milliards de dollars © Waymo

Waymo, la filiale d'Alphabet qui développe des véhicules autonomes, serait en discussion avec des investisseurs extérieurs afin de lever jusqu'à 4 milliards de dollars. Des fonds additionnels qui l'aideraient à financer sa recherche très coûteuse sur les véhicules autonomes. Waymo aurait également eu des discussions afin de prendre sa pleine indépendance vis-à-vis d'Alphabet et devenir une société à part entière, ajoute Bloomberg qui révèle ces informations.

Des départs en cascade
Mais la filiale d'Alphabet doit avant tout apaiser les inquiétudes concernant une récente série de départs qui soulèvent des questions autour de sa stratégie. Au moins six cadres clés ont quitté l'entreprise au cours des derniers mois, rapporte Bloomberg. A commencer par le CEO John Krafcik dont le départ a été annoncé en avril dernier. Cet ancien cadre dirigeant de l'industrie automobile était à la tête du projet de véhicule autonome de Google depuis septembre 2015. Deux co-CEO, Tekedra Mowakana et Dmitri Dolgov, ont été nommés pour le remplacer.

Le CFO Gerard Dwyer, le responsable des relations avec les investisseurs Sherry House et le responsable des partenariats avec les industriels du secteur automobile Adam Frost ont également quitté la société. Tout comme Tim Willis, chief manufacturing and supply chain officer, et Gavin Nachbar, head of operations strategy.

Une recherche très coûteuse
Ce remaniement au sein des cadres dirigeants intervient alors que Google essaye de réduire ses dépenses dans ce type de projets coûteux. Un nouvel apport financier extérieur, qui permettrait à Waymo de renflouer ses caisses et poursuivre ses déploiements, semble inévitable sur le long terme. La R&D dans ce domaine est extrêmement coûteuse ce qui a par exemple conduit les entreprises de VTC américaines Lyft et Uber à revendre leurs divisions en charge de cette recherche.

Un porte-parole de Waymo a refusé de commenter ces "spéculations et rumeurs" auprès de Bloomberg. Toutefois, le CEO d'Alphabet Sundar Pichai a précédemment expliqué que des divisions du groupe lèvent des capitaux auprès de partenaires extérieurs afin d'avoir une meilleure expertise dans leur milieu industriel et une meilleure gouvernance. Waymo a d'ailleurs levé des fonds pour la première fois auprès de partenaires extérieurs l'année dernière. Un tour de table qui lui a permis de collecter un total de 3,25 milliards de dollars auprès de Silver Lake Management LLC, de constructeurs automobiles et d'investisseurs.

La quête d'un business model viable
Pour séduire à nouveau des partenaires extérieurs, peut-être que Waymo devra rassurer sur la stabilité de ses effectifs et clarifier sa stratégie. Si l'entreprise est parvenue à déployer son service de robot taxi Waymo One à Phoenix dans l'Arizona, elle n'a pas encore répliqué ce modèle dans une autre ville. Un second service devrait prochainement être déployé dans les rues de San Francisco, où Waymo One est actuellement testé avec quelques volontaires qui travaillent pour la société.

Waymo semble également chercher d'autres débouchés à sa plateforme de conduite autonome Waymo Drive notamment en la testant sur des camions. Le transport routier connaît un véritable boom aux Etats-Unis et la conduite autonome sur voie rapide semble plus facilement déployable que dans un milieu urbain bondé.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.