Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

WayzUp s'offre OpenCar et dépasse les 100 entreprises clientes

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

WayzUp, spécialiste dans le covoiturage domicile-travail, annonce son rachat de la start-up grenobloise OpenCar. Une acquisition qui étend le maillage de l'entreprise sur le territoire français. Avec désormais plus de 100 entreprises partenaires, WayzUp veut défendre un modèle financier B2B face aux autres acteurs du covoiturage.

WayzUp s'offre OpenCar et dépasse les 100 entreprises clientes
WayzUp s'offre OpenCar et dépasse les 100 entreprises clientes © WayzUp

WayzUp sur la voie rapide. Le spécialiste du covoiturage domicile-travail, a annoncé ce mardi 7 novembre 2017 le rachat de la start-up OpenCar, basée à Grenoble. Si l’entreprise garde secret le montant de la transaction, elle lui permet en tout cas de récupérer une dizaine d’entreprises clientes de son concurrent. WayzUp remplit ainsi l’objectif fixé pour l’année : avoir plus de 100 entreprises partenaires.

Les activités de la start-up grenobloise basculent sur l’application WayzUp, comme l’annonce le site d’OpenCar. Son président et cofondateur, François Fantin, va quant à lui rejoindre l’équipe commerciale de WayzUp.
 

Une levée de fonds de 1,4 million d'euros

Le second semestre 2017 a été bien rempli pour WayzUp. En juillet, la jeune entreprise complétait une levée de fonds de 1,4 million d’euros grâce au Groupe RATP et Via ID, un fonds d’investissement dédié aux nouvelles mobilités. Aujourd’hui, elle propose 90 000 trajets tous les jours sur son application. En investissant la région Auvergne-Rhône-Alpes, WayzUp travaille à sa mission numéro un : étendre sa carte. "Dans les réseaux que l'on a densifiés avec des entreprises partenaires, on atteint 80% d’inscrits qui trouvent des covoitureurs sur leur trajet et à leurs horaires", affirme Julien Honnart, président et fondateur de WayzUp, à L'Usine Digitale. "C’est le cas par exemple dans la vallée de l’Arve (Haute-Savoie). Notre objectif, c’est de créer des réseaux densifiés dans toutes les villes de France d’ici un à deux ans."

 

 

 

Un business model tourné vers les entreprises

A l’inverse d’une plateforme comme BlaBlaCar, tournée vers les particuliers, le modèle financier de WayzUp repose sur ses offres aux entreprises et aux collectivités locales. On retrouve dans ses entreprises clientes Renault, Engie, La Poste ou le Crédit Agricole. Sur ses 100 partenaires, un quart sont dans le CAC40.

S’adresser à un public corporate, c’est aussi le moyen le plus efficace pour assurer une masse critique d’utilisateurs selon Julien Honnart : “Les entreprises assurent aussi la confiance entre les membres. Le fait d’être collègue ou voisin d’une grande entreprise encourage beaucoup plus de covoiturage.”

 

 

A ces entreprises, WayzUp vend un abonnement annuel qui permet aux salariés d’accéder à la plateforme de covoiturage. Ils gèrent des parkings réservés aux covoitureurs pour lutter contre la saturation des places de stationnement. Ils offrent également des prestations de conseil ou un accompagnement sur la communication interne. Proposer un service de covoiturage, nouvel atout séduction des recruteurs ? Le président de WayzUp abonde en ce sens : “On s’intègre dans le processus des ressources humaines pour qu’elles utilisent l’application pour mieux recruter. C’est un vrai avantage pour les entreprises mal desservies.”

 

WayzUp n’est pas seul sur ce marché. Son concurrent, Karos, a annoncé ce mardi 7 novembre 2017 qu’il s’associait au Groupe Pichet pour proposer un service de court-voiturage à 500 salariés du site de Pessac, près de Bordeaux.

 

La menace BLABLACAR ?

Leader mondial du marché du covoiturage, BlaBlaCar fait figure de mastodonte indétrônable avec ses 15 millions d’utilisateurs trimestriels. En misant sur les déplacements domicile-travail, WayzUp occupe un secteur encore peu investi par BlaBlaCar. Mais la situation pourrait évoluer. Depuis 2017, l’entreprise teste BlaBlaLines pour des covoiturages courts et quotidiens en Ile-de-France, ainsi qu’autour de Reims et Toulouse.

De quoi inquiéter des entreprises plus petites comme WayzUp ou Karos ? Julien Honnart veut croire que le marché est assez grand pour plusieurs acteurs : “Pendant plusieurs années on était un peu les seuls sur ce créneau. C’est bien que des entreprises aussi connues que BlaBlaCar s’y mettent parce que ça donne de la crédibilité au marché. On travaille ensemble pour faire des propositions législatives qui vont pouvoir favoriser le covoiturage domicile-travail.”

 

Main tendue aux collectivités locales

A ce jour, WayzUp propose gratuitement son service aux détenteurs d’un pass de transports en commun, dans neuf métropoles : Paris, Lyon, Toulouse, Bordeaux, Lille, Nantes, Rennes, Grenoble et Orléans. Pour l’instant, cette initiative est financée en majorité sur les fonds propres de l’entreprise, grâce à sa levée de fonds.

 

 

A terme, WayzUp souhaite développer son offre aux collectivités locales et les convaincre de subventionner le covoiturage pendulaire au même titre que les transports publics : “Tous les transports publics sont subventionnés à 80 %”, rappelle Julien Honnart. En ce sens, WayzUp et la RATP devraient dévoiler vers la fin de l'année une offre commune à destination des collectivités locales.

En Ile-de-France, la présidente de région Valérie Pécresse a plusieurs fois encouragé le covoiturage. Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes-Métropole a également accueilli positivement le rachat d’OpenCar : "Au-delà des politiques publiques mises en oeuvre au service d'une mobilité durable, toutes les initiatives sont bienvenues et plus particulièrement en faveur du développement du covoiturage."

 

 

A horizon 2019, Julien Honnart espère étendre son service vers l’étranger, dans de grands pays européens : "On va se baser sur la densité en terme d’entreprises, puisque c’est comme ça qu’on crée les réseaux initiaux. On va aussi s'appuyer sur la capacité des collectivités publiques à subventionner le covoiturage, puisque c’est ça qui fait exploser l’usage. Enfin, on pourra aussi se baser l’appétence générale pour le covoiturage et sur les retours de BlaBlaCar sur la longue distance."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale