Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Web Summit : A Dublin, Google veut piquer les clients professionnels de Microsoft et Amazon

Intelligence artificielle, cloud et attaque des clients Microsoft, Google est en campagne dans l'entreprise. A l'occasion du Web Summit de Dublin, le président de Google for work, Amit Singh, a expliqué à L'Usine Digitale comment le géant joue de ses atouts technologiques et de sa puissance pour séduire tout particulièrement les clients professionnels de Microsoft. Et ceux d'Amazon.
mis à jour le 04 novembre 2015 à 09H48
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Web Summit : A Dublin, Google veut piquer les clients professionnels de Microsoft et Amazon
Web Summit : A Dublin, Google veut piquer les clients professionnels de Microsoft et Amazon

"Nous avons désormais 2 millions d'entreprises clientes payantes", se réjouit Amit Singh, président de Google for work, l'entité de Google en charge des clients professionnels. C'est que Google à multiplié les services à leurs egards : Google Apps, Search, plate-forme Cloud, Maps for Business, Android, Chrome... Il y a de quoi faire. Car il y a longtemps que le géant de Mountain View s'intéresse aux entreprises, avec toujours la même stratégie : leur faire de plus en plus profiter des technologies les plus pointues qu'il développe depuis toujours pour son propre compte.

 

La bureautique boostée à l'IA

A commencer par l'intelligence artificielle. Qu'il met à profit dans son moteur de recherche, en premier lieu, y compris en version professionnelle. "Mais nous trouverons des applications de plus en plus 'smart' au fil du temps, assure le patron de Google for work, Amit Singh. Nous nous en servons déjà par exemple pour accélérer le traitement des mails." Comment ? En les analysant, dans Inbox, la version pro de Gmail, et en préparant automatiquement les trois réponses les plus appropriées selon le logiciel, pour chaque message.

 

Le désormais fameux Machine learning ingurgite le comportement de l'utilisateur, le digère, et apprend à répondre à ses mails en fonction des réponses qu'il a déjà faites, et des choix qu'il fera parmi les propositions d'Inbox. Google compte sur un gain de productivité très attendu dans les entreprises sur le traitement des mails. Autre application d'IA désormais à disposition des entreprises, un simple bouton dans les tableaux Google Spreadsheet. D'un clic, sur le modèle de la bonne vieille business intelligence, l'application trouve dans les données du tableau des tendances, des idées que l'utilisateur n'avait pas forcément vues.

Attaques en règle contre Amazon

Autre pilier de la stratégie entreprise de Google : le cloud. Comme Amazon, il a depuis longtemps peaufiné infrastructure et outils logiciels pour son propre usage. "Les entreprises l'ont déjà largement adopté, c'est notre premier atout, précise Amit Singh. Mais nous avons aussi des différenciateurs technologiques totalement uniques." Il cite ainsi un rapport prix / performance qui serait entre 30 et 60% plus intéressant que la concurrence, un dispositif d'archivage ou de sauvegarde pour un cent le gigaoctet, accessible en permanence. Et parmi les nouveautés présentées au Web Summit, des machines virtuelles que l'entreprise peut réserver pour des traitements batchs, par exemple, pour un coût qui là encore serait 60% inférieur à la concurrence.

 

De jolis appâts agités sous le nez des clients de Microsoft

Les adversaires de Google en entreprise s'appellent principalement Microsoft pour les applications bien sûr, et Amazon pour le cloud, même si aucune question sur la concurrence, ne trouve de réponse. L'évitement par la réponse "marketing" est une autre des forces de Google, et des grands du numérique en général. Reste que la stratégie parle d'elle-même.

 

"Nous proposons aux entreprises qui ont déjà un contrat de plusieurs années avec un fournisseur d'applications d'entreprise (comprenez en particulier Microsoft, NDLR) d'accéder gratuitement à Google for work pour cette même durée, précise Amit Singh. Nous ne voulons pas qu'ils aient à payer deux fois pour le même type d'offre." Que de sollicitude. Les clients devront seulement signer pour un contrat payant d'un an à l'issue de la période gratuite. "Et nous payons pour que le client fasse la migration de l'ancien monde vers le nouveau monde", ajoute le patron de Google for work dans un vocabulaire savamment choisi.

 

Google parie bien entendu sur le fait qu'au bout de plusieurs mois d'utilisation, les entreprises basculeront sur son offre. Une bascule que les utilisateurs, avides de retrouver leurs outils personnels au bureau, devraient appuyer. Ce programme pour attirer les entreprises dans ses filets a été lancé récemment aux Etats-Unis et débarque en Europe à l'occasion du sommet de Dublin.

 

Et une communauté choyée

Clairement passé à l'offensive, Google développe aussi un nouveau modèle d'écosystème adapté à son offre professionnelle dans le cloud. Pas de réseau de distribution certifié, à l'ancienne, mais le géant de Mountain View va désormais "recommander" certains de ses éditeurs d'apps partenaires à ses clients dont les besoins vont au-delà de Google for work. Il garantie ainsi aux entreprises leur complémentarité et leur intégration avec son offre. Parmi les 7 apps déjà "Recommended for Google for work", on trouve Aodocs, gestion documentaire dans le cloud, créée par Stéphane Donzé, ancien patron de la R&D d'Exalead et Switch, ensemble d'applications de communication dans le cloud.

Emmanuelle Delsol, à Dublin

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale