Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Weenat plante des capteurs dans les champs

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Weenat plante des capteurs dans les champs
Weenat plante des capteurs dans les champs © Weenat

Après l’imagerie satellite, les tracteurs guidés par GPS, les drones et bientôt les robots, une autre technologie s’ajoute à la panoplie des agriculteurs nouvelle génération : les objets connectés. La start-up lilloise Weenat commercialise depuis décembre 2014 des capteurs permettant de prendre le pouls des cultures en temps réel. Conçus et fabriqués en France, les Weenats se plantent dans le sol comme des tuteurs et fournissent une batterie de données aux agriculteurs (température du sol et de l’air, humidité, pluviométrie) grâce à une application mobile simple d’utilisation. Objectif : permettre aux chefs d’exploitation d’optimiser leurs interventions. "C’est un outil d’aide à la décision, idéal pour les grandes cultures et le maraîchage, précise le cofondateur, Jérôme Le Roy. Nos données aident les agriculteurs à maîtriser le risque sanitaire et climatique par la connaissance de données météorologiques très localisées. Elles permettent, par exemple, de mieux anticiper d’une année sur l’autre le comportement des parcelles."

Les Weenats envoient des données régulièrement par l’intermédiaire des réseaux mobiles (2G et 3G) et de la technologie Sigfox. Ils ne nécessitent pas de branchement et bénéficient d’une autonomie de plusieurs années. Weenat, qui compte 11 salariés à Lille et à Nantes, équipe aujourd’hui une cinquantaine de clients en France, au Danemark et aux Pays-Bas. La start-up veut multiplier ce chiffre par dix en 2016 en se développant dans l’Europe entière. Puis, à terme, rendre l’agriculture de précision accessible à toutes les fermes du monde. Elle a d’ailleurs tapé dans l’œil de Samsung, qui l’a intégrée à son programme Artik, et prépare sa première levée de fonds. 

L’innovation


Weenat a rendu les capteurs robustes et très économes en énergie, ce qui leur permet d’être autonomes pendant plus de cinq ans. Ils sont opérationnels dès leur installation, sans branchement. La solution est bien moins onéreuse que le suivi par satellite ou par drone.

L’opportunité


Le plan Ecophyto 2 prévoit une réduction de 25 % de l’usage des pesticides d’ici à 2025. Les outils numériques doivent aider les agriculteurs à tendre vers cet objectif et à optimiser leur consommation d’eau.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale