Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

WeWork bientôt à Paris, bien plus qu'un espace de coworking

Entretien Dans un peu moins de quinze jours, ouvrira à Paris rue Lafayette un espace de bureaux exploité par la start-up new-yorkaise WeWork.  La France sera donc le quatorzième où se développe ce nouveau modèle immobilier, un deuxième espace étant prévu à l'ouverture d'ici à la fin de l'année dans la capitale.  A cette occasion, nous avons rencontré et interviewé le responsable français de la société, Séverin Naudet. Dans un immeuble ayant beaucoup d'allure, Séverin Naudet explicite le mode de fonctionnement de WeWork. 

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

WeWork bientôt à Paris, bien plus qu'un espace de coworking
Le décor parisien sera adapté, mais l'esprit sera le même : ensemble c'est mieux. © Ana Raab

L’Usine Digitale : Vous êtes à la tête de la filiale française de WeWork. C’est donc un espace de coworking de plus à Paris ?
 

Séverin Naudet : Wework n’est pas qu’un espace de coworking. C’est avant tout une plateforme, un réseau qui regroupe via une application 100 000 personnes présentes dans plus de 100 espaces situés dans 30 villes dans 13 pays.

Nous allons ouvrir deux espaces à Paris, l’un dans le quartier de l’Opéra au printemps avec 2 400 postes de travail, puis le second un peu plus tard en 2017 dans le quartier du Marais. Ce deuxième immeuble comptera un peu plus de mille postes de travail.

Pour ce qui est des espaces physiques, si la décoration change d’un espace à l’autre, nos décorateurs s’inspirant des spécificités de la ville où nous nous installons, le produit reste le même d’une ville à l’autre : nous créons des espaces de vie qui sont autant de réponses aux attentes des Millenials. Ces derniers, qui représenteront plus de la moitié de la population active en 2020, sont sensibles à leur bien-être, à leur cadre de vie. Une récente étude des Echos a montré que 60 % des 18-30 ans veulent être entrepreneurs et que 44 % accordent plus d’importance à leur bien-être quotidien qu’au niveau de rémunération.

 

Que trouve-ton sur l’appli ?

S. N. : Il y a plusieurs onglets pour aider les membres de la communauté Wework à se connecter entre eux. Selon le lieu où l'on se trouve, par affinités ou selon la date des événements. On y trouve aussi bien des événements organisés par Wework que par des membres de la communauté. Wework créer des environnements favorables à la création de valeur.

 

Donc vous louez des bureaux et une appli ?

S. N. : Que ce soit en ligne ou dans nos locaux, nous proposons une multitude de services pour que la personne qui s’installe chez nous puisse se consacrer totalement à son travail. Nous nous occupons du reste. En outre, nous allons créer à Paris comme ailleurs des espaces communautaires en plus des espaces de bureaux. Chaque immeuble est pensé comme un écosystème d’entrepreneurs autour d’espaces communs. Dans le premier espace que nous ouvrons à Paris, nous comptons 10 bars et cuisines, offrant bière, cidre, café, thé, etc… où il est possible de se retrouver à tout moment.

 

Pour les personnes qui ont besoin de bureaux, que proposez-vous ?

S. N. : Nous offrons trois types d’espaces de bureaux. Le "hot desk" ou poste flexible qui se loue à la semaine ou au mois pour une personne. Vous louez un poste. Ensuite vous pouvez réserver ce qu’on appelle un "dedicated desk" : c’est un poste dédié, qui est affecté à une personne, dans un open space. Chacun peut laisser ses affaires dans un meuble qui ferme à clé. Ces espaces donnent accès à des cabines pour téléphoner… Enfin, les membres peuvent réserver des "private office", ce sont des espaces privés pour une entreprise, qui peut aller de 1 à 200 postes. L’entreprise bénéficie alors d’un espace clos, auquel elle peut accéder tous les jours, 24 heures sur 24.

On réserve un espace de bureaux et on accède à une communauté. Après, chacun peut aménager son espace comme il veut. A Paris, les membres auront aussi accès à 10 zones d’imprimerie, 48 cabines téléphoniques, 31 alcôves de travail, 36 salles de conférence. Il y a aussi une terrasse au huitième étage avec un espace lounge. Et nous avons rénové l’auditorium qui se trouvait sur place avant : il compte 135 places avec un écran sur lequel on peut projeter des images en full HD.

Grâce au member network ou à l’application mobile, lorsque vous avez un espace de travail à Paris, vous pouvez demain aller à Shanghaï ou à New York et réserver un espace de travail chez Wework en ligne en utilisant vos crédits attachés à chaque poste de travail.

 

Quel est le profil des entreprises que vous allez accueillir à Paris ? Correspond-t-il à ce que vous observez ailleurs dans le monde ?

S. N. : Nous avons plus de cent visites par semaine depuis deux mois. Les métiers sont différents : il y aura une entreprise de biotech, une étude de notaires (avec 40 postes), des agences de marketing, un expert-comptable…

Dans le monde, 35 % des entreprises que nous hébergeons comptent quinze salariés ou plus. Un tiers sont des indépendants ou des TPE. Mais on trouve aussi des groupes internationaux qui louent un espace chez Wework pour installer une équipe, un groupe projet. Nos locaux proposent un environnement qui permet de mieux comprendre le changement de monde qui est en train de se produire avec les millenials, mais pas seulement.

En outre, certains grands groupes ont compris que pour que la R&D soit innovante, elle ne peut pas être coincée entre les RH et la compta dans une tour. Alors ils prennent des bureaux chez WeWork. L’énergie de la communauté comme dans la Silicon Valley crée une émulation créative et favorise l’innovation.

 

Les entreprises qui s’installent dans ces locaux ont-elles vocation à rester longtemps ou, au contraire, est-ce une solution provisoire ?

S. N. :  Chacun fait ce qu’il veut, WeWork est totalement flexible mais l’écosystème favorable à l’activité des entreprises fait qu’une fois installés, les entrepreneurs restent. WeWork répond un nouveau paradigme dans les usages. On ne cherche plus un espace de travail, mais on intègre une plateforme communautaire, un groupe de créateurs.

 

 

 

 

 

Séverin Naudet, DG de WeWork France

 

 

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale