Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

WhatsApp a un mois pour clarifier sa politique de confidentialité en Europe

WhatsApp a jusqu'à fin février 2022 pour présenter des engagements concrets à la Commission européenne sur la manière avec laquelle il informe ses utilisateurs de l'utilisation de leurs données personnelles. Ce sont les nouvelles conditions d'utilisation de la messagerie, qui prévoient notamment un partage élargi des données à Meta, qui est au coeur des craintes. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

WhatsApp a un mois pour clarifier sa politique de confidentialité en Europe
WhatsApp a un mois pour clarifier sa politique de confidentialité en Europe © Unsplash

La Commission européenne et le réseau des autorités nationales de protection des consommateurs (CPC) ont envoyé une lettre à WhatsApp, filiale du groupe Meta, pour lui demander de clarifier les modifications apportées en 2021 à ses conditions d'utilisation et à sa politique de confidentialité pour les rendre conformes à la législation européenne. 

Un mois pour présenter des engagements
Les autorités se questionnent sur la réelle lisibilité des conditions d'utilisation pour les citoyens européens. "WhatsApp doit veiller à ce que les utilisateurs comprennent les conditions qu'ils acceptent et comment leurs données (...) personnelles sont utilisées, en particulier avec des partenaires commerciaux", a déclaré Didier Reynders, commissaire européen à la justice. Par conséquent, la messagerie doit "présenter des engagements concrets d'ici fin février" à Bruxelles. 

Les craintes de Bruxelles reposent sur une plainte déposée en juillet 2021 par le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) et huit de ses membres. Ils évoquaient des "notifications persistantes, récurrentes et intrusives visant à pousser les utilisateurs à accepter les nouvelles conditions de WhatsApp". "WhatsApp a bombardé pendant des mois les utilisateurs avec des notifications pop-up agressives et persistantes pour les forcer à accepter ses nouvelles conditions d'utilisation", expliquait Monique Goyens, directrice générale du BEUC.

Le partage des données avec Meta soulève des craintes
Les nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp, entrées en vigueur le 15 mars 2021, obligent les utilisateurs à partager certaines données – telles que le nom, les images de profil et les numéros de téléphone – avec les autres entités du groupe Meta (Facebook, Instagram et Messenger). Grâce à l'élargissement des données partagées, les applications tierces pouvaient connaître les noms des entreprises pour améliorer leur publicité ciblée.

Or, pour les internautes européens, cette politique n'était pas compatible avec le Règlement général sur la protection des données (RGDP), avait déclaré le Commissaire de Hambourg à la protection des données et à la liberté d'information (HCDPFI), l'équivalent de la Cnil en Allemagne. Le 11 mai, soit quelques jours avant l'entrée en vigueur des conditions d'utilisation, il avait émis une injonction interdisant à "Facebook Ireland de traiter les données personnelles de WhatsApp dans la mesure où cela est fait à ses propres fins". 

WhatsApp a été obligé de revoir sa copie. En effet, la filiale de Meta a été condamnée à une amende de 225 millions d'euros par la Data Protection Commission (DPC), l'autorité irlandaise de protection des données. Elle a mis à jour ses conditions d'utilisation afin de clarifier les données collectées, traitées et éventuellement transmises. Elle précise qu'aucune "informations des personnes résidant dans la région européenne" ne sont partagée avec des entités du groupe.  Apparemment, ces explications ne suffisent pas à rassurer la Commission européenne. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.