WhiteLab Genomics lève 10 millions d'euros pour sa plateforme de simulation des thérapies géniques

WhiteLab Genomics a développé une plateforme de simulation dédiée aux thérapies géniques. Elle permettrait d'accélérer la procédure pour les entreprises pharmaceutiques et les biotech, allant jusqu'à trois fois plus vite. La start-up vient de lever 10 millions d'euros pour financer son expansion aux Etats-Unis.

Partager
WhiteLab Genomics lève 10 millions d'euros pour sa plateforme de simulation des thérapies géniques

La start-up WhiteLab Genomics annonce ce 13 septembre une levée de fonds de 10 millions d'euros. Le tour de table a été mené par la société française de capital-risque Omnes Capital et Debiopharm, une entreprise biopharmaceutique basée en Suisse.

Cette entreprise a été fondée en 2019 par David Del Bourgo, ancien ingénieur au sein de General Electric Healthcare, et Julien Cottineau, généticien de formation à l'Institut Imagine. Ensemble, ils ont développé un logiciel de simulation pour la conception des thérapies géniques. Elles consistent à introduire un matériel génétique dans des cellules pour soigner une maladie.

Réduire la liste de candidats à tester

"Un composant génétique représente plusieurs milliards de codes. En les associant, cela provoque des combinaisons quasiment infinies", explique David Del Bourgo, CEO de WhiteLab Genomics, à L'Usine Digitale. D'où l'idée de créer une plateforme de simulation pour accélérer la découverte d'une séquence génétique prometteuse et de son vecteur grâce à l'intelligence artificielle. Le client – une entreprise pharmaceutique ou de biotechnologies – dispose ensuite "d'une liste de candidats optimisés à tester au laboratoire". Un gain de temps et donc d'argent considérable.

Le logiciel repose sur des données publiques et privées. Les premières sont issues des bases de données ouvertes (atlas des protéines, cartographie des cellules...). Pour être exploitables, elles doivent être "nettoyées et valider", précise le CEO. Les secondes proviennent soit des clients eux-mêmes ou d'entités partenaires.

Une dizaine de clients européens et américains

La start-up se présente comme une société de service : c'est elle qui opère la plateforme. Une fois que l'entreprise cliente lui a présenté ses objectifs, elle perçoit un paiement en amont puis à chaque jalon préalablement défini. Elle peut également toucher des royalties sur "l'élément biologique designé". Pour l'instant, son logiciel n'a pas encore permis de développer une thérapie génique pour sa dizaine de clients situés en Europe et aux Etats-Unis. "Il faudra encore quelques années pour aboutir aux premiers résultats", confie David Del Bourgo.

WhiteLab Genomics affirme que son logiciel permettra "d'accélérer par trois" les temps de développement d'une thérapie génique. "En général, de la phase de découverte jusqu'à la validation avant la phase clinique, il faut entre 5 à 7 ans. L'objectif est de la réduire à 2 ans-2 ans et demi", détaille le CEO.

Grâce à cette levée de fonds, l'entreprise souhaite poursuivre le développement de sa plateforme de simulation, faire évoluer son équipe de R&D et financer son expansion aux Etats-Unis. Composés de 15 personnes, les effectifs devraient doubler d'ici quelques mois.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS