Wikipedia, victime excédée du droit à l'oubli imposé à Google par l'UE

Alors que les demandes de "droit à l'oubli" se multiplient auprès des moteurs de recherche, la polémique contre cette mesure européenne continue d'enfler avec la prise de parole très ferme du fondateur de Wikipedia, Jimmy Wales.

Partager
Wikipedia, victime excédée du droit à l'oubli imposé à Google par l'UE

Jimmy Wales, le fondateur de Wikipedia, a profité du festival Wikimania 2014, qui s'est déroulé à Londres les 6 et 7 août, pour s'élever contre le "droit à l'oubli" imposé aux moteurs de recherche (principalement Google mais également Bing) par l'Union Européenne. Celui-ci permet à toute personne d'effectuer une demande de dé-référencement d'un résultat de recherche au travers d'un formulaire mis en place par les entreprises concernées.

Cette loi est le résultat d'un procès intenté en 2010 contre Google et un journal espagnol par Mario Costeja González, qui estimait qu'un article datant de 1998 sur la vente de sa maison pour couvrir ses dettes lui était trop préjudiciable. Son entrée en application a vu Google recevoir plus de 91 000 demandes de retrait de liens en date du 18 juillet, qui ont résulté en la disparition de plus de 328 000 liens. A noter que seules les versions européennes des pages de Google sont touchées par ces retraits, google.com n'est par exemple pas affecté.

Wales estime que cette loi est fondamentalement immorale, et qu'en permettant à une personne d'en empêcher une autre de communiquer une information, elle porte directement atteinte à l'intégrité de l'Histoire. Le premier retrait d'une page Wikipedia des résultats de recherche de Google a été révélé le 3 août, et la fondation Wikimedia a depuis publié une liste des pages affectées par la cinquantaine de liens concernant Wikipedia qui ont disparu.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS