Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Wiko impose sa marque de Smartphones

Ce marseillais est devenu une marque connue de smartphones auprès des geeks et bloggeurs. Il étudie une diversification dans les tablettes et objets connectés. Avec la même recette : mettre la technologie à la portée de tous, sans négliger le design et les performances.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Créé en 2011, le marseillais Wiko a réussi à s’imposer rapidement comme une marque reconnue de Smartphones auprès des Geeks et bloggeurs. Il a profité de la brèche ouverte par l’arrivée de Free sur le marché de la téléphonie mobile en 2012 et de l’explosion de la demande de Smartphones nus (vendus sans subvention des opérateurs télécoms), en proposant des terminaux au design alléchant mais à des prix abordables. "Notre réussite découle d’une bonne alchimie entre design, performances et prix", explique Virginie Barbier, directrice marketing de cette société de 70 personnes.  Mais pas seulement. L’animation sur les réseaux sociaux de la communauté de "Wikonautes", qui comptait en décembre 2013 plus de 2 millions de clients, a contribué à forger la marque. D’autant que le français réalise la quasi-totalité de ses ventes via des marchands en ligne.

Autre facteur favorable : l’attention accordée aux clients puisque la société a fait le choix d’un service client en interne. L’offre se compose aujourd’hui de trois téléphones mobiles et dix Smartphones 3G, vendus entre 69 et 269 euros. Elle va s’enrichir cette année de terminaux 4G. La marque cartonne sur le Web avec, en septembre 2013, quatre produits parmi les 10 meilleurs ventes en ligne de Smartphones.

Fort de son succès en France, où il revendique la troisième place sur le marché des Smartphones nus, derrière Samsung et Apple, Wiko s’attaque maintenant à l’export avec des filiales en Allemagne, Italie, Espagne, Portugal et Algérie. "L’expansion internationale se poursuivra en Afrique", prévoit Virginie Barbier. Wiko maitrise le design et les spécifications techniques des produits, avec une équipe de trois designers et quatre développeurs en interne. Pour la fabrication, il s’appuie sur le chinois Tinno, devenu en 2012 son propriétaire à 100%. La société réfléchit à la diversification dans les tablettes et objets connectés. Avec toujours l’objectif de mettre la technologie à la portée de tous, sans négliger le design et les performances.

Ridha Loukil

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale