Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Winetech] Comment le chatbot de Matcha conseille les consommateurs au rayon vin

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La start-up Matcha a développé Magnum, un caviste virtuel. Grâce à l’intelligence artificielle, ce chatbot aide les consommateurs sur les sites e-commerce comme dans les rayons à trouver le vin le plus adapté à leur plat et à leur budget.

Comment le chatbot de Matcha conseille les consommateurs au rayon vin
[Winetech] Comment le chatbot de Matcha conseille les consommateurs au rayon vin © Matcha

Si la France est indéniablement le pays du vin, les Français sont loin d’être tous experts dans le domaine. Rares sont les connaisseurs capables de choisir une bouteille. C’est de ce constat qu’est né Matcha, cette start-up de la winetech qui utilise l’intelligence artificielle pour conseiller les consommateurs.

 

"on fait un pas en plus vers le client"

"Notre ligne de conduite, c’est de s’approcher au maximum du conseil d’un caviste humain", explique à l’Usine Digitale Thomas Dayras, co-fondateur et CEO de Matcha. "En posant deux ou trois questions assez simples, le sommelier propose un certain choix de vin en fonction des disponibilités". Comme chez un caviste normal donc, sauf qu’ici, le sommelier est un chatbot, nommé Magnum.

 

Matcha propose ses services aux distributeurs, sur Internet et mais aussi dans les rayons. "Sur Internet, il y a une absence de conseil" qui empêche le consommateur de faire son choix. Résultat, Matcha a constaté un taux de transformation de seulement 1,5% chez les e-commerçants. En proposant son chatbot sur les sites de vente de vin, Matcha assure améliorer les ventes en conseillant les potentiels acheteurs selon leurs besoins.

 

De la même manière, lorsqu’un consommateur se retrouve au rayon vin face à 400 bouteilles devant lui, son choix n’est pas facilité, et seuls 5 à 10% des clients repartent avec une bouteille. "En magasin, on fait un pas en plus vers le client", explique Thomas Dayras. "L’idée, qu’on va lancer rapidement, ce sont des visuels en rayons qui vont activer le chatbot sur le téléphone du consommateur pour le conseiller".

 

Expansion géographique

Déjà présent sur les sites d’Intermarché Drive et de Monoprix, Matcha suit "l’intégralité du tunnel de conversion". A partir du moment où le consommateur utilise Magnum, l’entreprise dispose d’un outil d’évaluation de ses conseils, et peut facturer à son client un abonnement dont le prix varie en fonction des ventes effectuées via Matcha. Sur le site de Monoprix, la start-up conseille 70% des personnes qui achètent leur vin en ligne et a constaté des taux de conversion de 25 à 30%. L’abonnement au service en rayons, lui, est facturé aux grandes surfaces en fonction de la taille des rayons concernés.

 

Créée il y a un peu plus de deux ans et demi, la start-up revendique de "faire dialoguer le vin avec les technologies, plus particulièrement l’intelligence artificielle", explique son co-fondateur. Après avoir musclé son pool d’investisseurs, Matcha compte désormais s’étendre à l’international. Jusqu’à présent, la start-up n’est présente qu’en France, mais devrait annoncer un partenariat avec un distributeur au Royaume-Uni prochainement, et ne cache pas de velléités d’expansion en Amérique du Sud et en Asie. Quant à l’expansion de ses services, une annonce devrait être faite en début d’année prochaine.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale