Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Winetech] Vente-Privée trinque avec Le Petit Ballon

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vente-Privée devient actionnaire majoritaire de la start-up parisienne Le Petit Ballon, spécialiste de la vente de vin par abonnement. La jeune pousse entend surfer sur la notoriété du géant des ventes événementielles pour accélérer sa croissance. La société de Jacques-Antoine Granjon souhaite, elle, capitaliser sur l'algorithme de prescription et le ton décalé de la start-up.

[Winetech] Vente-Privée trinque avec Le Petit Ballon
[Winetech] Vente-Privée trinque avec Le Petit Ballon © ©FLAVIENPRIOREAU

Gagner en notoriété, gonfler sa base d'abonnés, accélérer son développement international et inventer les nouveaux modes de consommation du vin. Voilà les ambitions du Petit Ballon, spécaliste des box de vin, qui vient d'annoncer, ce jeudi 13 avril 2017, une prise de participation majoritaire de Vente-Privée, le mastodonte de la vente événementielle. Les deux entreprises ne communiquent pas sur le pourcentage du capital désormais détenu par Vente-Privée, ni sur le montant de l'opération. En revanche, Le Petit Ballon assure qu'il continuera d'opérer de manière autonome. "Notre site ne changera pas et notre offre restera la même", insiste Martin Ohannessian, cofondateur de la start-up parisienne.

 

60 000 abonnés 

Le business du vin chez Vente-Privée

Vente-Privée propose des ventes autour du vin depuis 2007. L'an passé, le géant du e-commerce a écoulé 5 millions de bouteilles. Des ventes qui ont généré 60 millions d'euros de revenus, en hausse de 20% par rapport à 2015. Le vin représente 5% des offres de Vente-Privée. 

 

Fondée il y a six ans, la jeune pousse parisienne est l'un des pionniers français de la vente de vin par abonnement. Chaque mois, pour 19,90 ou 39,90 euros selon la formule, l'abonné reçoit une box comprenant deux bouteilles, sélectionnées par l'ancien chef sommelier du Ritz, un magazine sur le vin et un accès aux vidéos pour découvrir des conseils et astuces de dégustation. La start-up revendique aujourd'hui 60 000 abonnés.

 

Pour se différencier, Le Petit Ballon a misé sur la personnalisation. Comme l'américain Birchbox (vente de cosmétiques par abonnement), la start-up a mis au point son propre algorithme de prescription. "Lorsqu'il souscrit à un abonnement, l'internaute remplit un questionnaire que nous avons établi et qui nous permet de définir son profil œnologique. Ce profil évolue ensuite selon ses habitudes sur le site, ses notes laissées sur tel ou tel vin, les vidéos de dégustation visionnées", détaille l'entrepreneur. Cette personnalisation se traduit sur la constitution des box. Chaque mois, la start-up envoie une quinzaine de combinaisons différentes. Cette approche a aussi conduit à un nouveau système de classification. "Nous avons créé notre propre label. Les vins ne sont plus présentés par appellation et par région mais par goût", indique le cofondateur de la start-up

 

Un million de bouteilles expédiées

Au fil des années, Le Petit Ballon s'est diversifié. La start-up ne propose plus uniquement des abonnements. Elle a aussi développé un site marchand où les abonnés et internautes peuvent retrouver et acheter les bouteilles sélectionnées par le sommelier. Aujourd'hui, les ventes générées sur le site marchand représentent 40% du CA de l'entreprise (8 millions d'euros en 2016, contre 4 millions en 2015). En combinant les abonnements et les ventes classiques réalisées en ligne, la start-up a passé le cap du million de bouteilles expédiées en 2016

 

Il y a moins d'un an, Le Petit Ballon s'est aussi lancé dans les ventes événementielles, grande spécialité de son nouveau partenaire, Vente-Privée. Quatre ventes flash sont organisées chaque mois. "C'est une activité qui fonctionne très bien. Dans 90% des ventes flash, les stocks sont écoulés en l'espace de deux heures", se félicite Martin Ohannessian. "Cela nous permet de proposer des vins hors de notre champs d'activité", poursuit-il. La prise de participation de la société de Jacques-Antoine Granjon ne signifie pas, pour autant, que cette activité de ventes flashs devienne centrale pour la start-up.

 

Personnalisation et ton vs notoriété

"Vente-Privée va utiliser notre savoir-faire, notre algorithme de prescription, notre ton et notre contenu pour enrichir l'expérience de ses clients. Par exemple, sur chaque fiche de vin, il y aura notre label de notre nouvelle classification", explique l'entrepreneur. En échange, la start-up espère gagner en notoriété grâce aux mentions "Le Petit Ballon", distillées sur le site et ainsi attirer de nouveaux internautes sur son site et les convertir en abonnés.   

 

Grâce à cette collaboration, la jeune pousse entend également accélérer à l'international car même si son offre est disponible en Belgique et au Royaume-Uni, la France représente encore 80% de son chiffre d'affaires.

 

Un Lab Commun 

Les deux nouveaux partenaires comptent, par ailleurs, développer un laboratoire commun pour tester et inventer les nouveaux modes de distribution et de consommation du vin. "Nous voulons être en avance et pouvoir proposer des expériences innovantes à nos abonnés", raconte Martin Ohannessian.

 

De son côté, la start-up, qui compte déjà une boutique parisienne, planche sur l'ouverture de nouveaux points de vente. Le calendrier et la localisation du futur magasin n'ont pas encore été fixés, mais l'ouverture devrait avoir lieu d'ici la fin de l'année 2017. "Nous sommes en train de construire notre projet, nous souhaiterions notamment nous rapprocher de l'univers food", indique Martin Ohannessian, sans en dévoiler davantage sur les pistes étudiées. Juste de quoi nous mettre en appétit ! 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale