Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Wing, la filiale d'Alphabet, veut étendre son service de livraison par drone aux Etat-Unis

Vu ailleurs Wing a demandé au régulateur américain, la FAA, à pouvoir contrôler ses drones depuis un centre de commandement centralisé. Cette autorisation lui permettrait d'étendre ses opérations menées dans la ville de Christiansburg aux Etats-Unis et de desservir encore plus de personnes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Wing, la filiale d'Alphabet, veut étendre son service de livraison par drone aux Etat-Unis
Wing, la filiale d'Alphabet, veut étendre son service de livraison par drone aux Etat-Unis © Wing

Wing, la filiale d'Alphabet qui développe des drones de livraison, veut accélérer ses déploiements. Elle a déjà réalisé plusieurs milliers de livraisons depuis 2019, date du lancement d'un service commercial de livraison par drone dans la ville de Christiansburg aux Etats-Unis. Mais ce service a une portée limitée puisque les livraisons ne peuvent avoir lieu que dans un rayon de 20 kilomètres autour du centre de dépôt de Wing.

Exploitation d'un service régional
La société sœur de Google veut passer à la vitesse supérieure et desservir d'autres communautés plus facilement en évoluant de tests locaux à une exploitation régionale de son service. Elle demande donc à la Federal Aviation Administration (FAA) l'autorisation de contrôler ses drones depuis un même centre de commandement, rapporte Reuters. Le but est d'élargir les zones desservies par son service en contrôlant une flotte de drones depuis un même lieu, qui peut être situé loin des opérations sur le terrain.

L'exploitation de drones pour proposer un service de livraison est très coûteuse. Pour proposer un service à un prix abordable, les opérateurs doivent parvenir à suivre et contrôler un grand nombre de drones depuis un seul centre de commandement. A terme, un même opérateur pourra suivre plusieurs drones et n'en prendre le contrôle qu'en cas de problème.

Aucun accident en 17 mois
Wing assure avoir réalisé des investissements substantiels pour renforcer la sécurité et ses capacités de ses opérations, rapporte Reuters. Cela fait plus de 17 mois qu'elle n'a pas eu d'accident. La FAA, de son côté, a précisé qu'elle allait recueillir des avis du public avant de prendre sa décision.

Pour étendre ses opérations, la filiale d'Alphabet entend déployer un drone dérivé du modèle qu'elle utilise pour son service commercial de Christiansburg et qui a fait ses preuves. Elle demande donc la permission de faire circuler ce modèle alternatif et de l'utiliser dans le cadre de services commerciaux.

Cette demande est faite alors que la nouvelle réglementation américaine sur les drones vient d'entrer en vigueur. Désormais, les drones sont autorisés à voler de nuit au-dessus de la population sans avoir à obtenir une autorisation spécifique. Ces appareils doivent aussi pouvoir être identifiés puisque la FAA rend obligatoire les plaques d'immatriculation électroniques ou "remote ID".

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.