Actualité web & High tech sur Usine Digitale

WorldRemit, la start-up qui chasse sur les terres du transfert d'argent de Western Union lève 45 millions de dollars

mis à jour le 10 février 2016 à 12H11
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

[ACTUALISE] La fintech WorldRemit, qui concurrence directement les géants du transfert d'argent comme Western Union et MoneyGram, a levé 45 millions de dollars. 

WorldRemit, la start-up qui chasse sur les terres du transfert d'argent de Western Union lève 45 millions de dollars
WorldRemit, la start-up qui chasse sur les terres du transfert d'argent de Western Union lève 45 millions de dollars © capture d'écran site worldremit.com/fr

Actualisation du 10 février 2016 : la start-up de la finance WorldRemit a annoncé ce 10 février une levée de fonds de 45 millions d'euros. Elle a collecté cet argent frais auprès de la société de capital-risque TriplePoint Venture Growth BDC Corp et de la Silicon Valley Bank. L'entreprise est parvenue à lever 200 millions de dollars depuis sa création en 2010, notamment auprès du fonds Accel Partner, qui avait investi dans Facebook à ses débuts. 

 

La start-up est parvenue à aiguiser l'appétit des investisseurs car elle vient bousculer le secteur bien rangé du transfert de fonds. Le leader historique de ce marché, Western Union, avait annoncé le 10 décembre le lancement de son application mobile en France. Ses clients tricolores peuvent désormais expédier des fonds vers plus de 200 destinations dans le monde via leur smartphone ou leur tablette. 

 

Il était plus que temps ! En novembre 2009, la nouvelle directive européenne sur les services de paiement permet à des acteurs qui ne sont pas des opérateurs bancaires de réaliser ce type d'opérations. Depuis, de nombreuses fintech se sont lancées à l'assaut de cette activité lucrative : chaque année dans le monde, plus de 550 milliards de dollars sont transférés d'un pays à l'autre. 

 

WorldRemit, a lancé mi-novembre son service web et mobile en France. Elle permet à ses utilisateurs d'envoyer de l'argent à leur proche depuis 50 pays dans 125 destinations. 

 

un tour de table à 100 millions de dollars

Pas besoin de faire la queue dans une agence de transfert d'argent pour envoyer les fonds, les clients de WorldRemit se connectent sur le site ou l'application mobile dédiée, choisissent le montant qu'ils souhaitent transférer. Ils peuvent effectuer leur versement avec une carte bancaire ou passer directement par leur compte en banque. Les dépôts ne sont jamais réalisés en cash "une garantie contre le blanchissement d'argent", explique Ismail Ahmed, le dirigeant et fondateur de la société installée à Londres. 

 

Les bénéficiaires du virement peuvent récupérer instantanément leur argent sur un portefeuille mobile ou le retirer immédiatement en cash dans un guichet local (World Remit a tissé des partenariats avec des agences disposant de réseau dans les pays destinataires des virements). Ils peuvent également recevoir le virement directement sur leur compte bancaire, dans un délai de deux ou trois jours (en fonction des destinations et des banques). 

 

des transferts de fonds plus fréquents

Sans montant minimum, le transfert de fonds est significativement moins cher que celui des géants du secteur. "Nous prélevons moins d'un euros de frais fixes, contre entre 5 et 10 euros en  moyenne pour Western Union ou MoneyGram", affirme l'ancien conseiller aux Nations unies, originaire du Somaliland. Les utilisateurs du service envoient de l'argent à leurs proches entre deux et quatre fois par mois, contre un fois tous les mois ou tous les deux mois en moyenne avec les opérateurs traditionnels. 

 

Pour Ismail Ahmed, l'avenir des services de transferts d'argent et des messageries en ligne est étroitement lié. Ces deux services permettent aux internautes de garder des liens étroits avec leurs proches même s'ils vivent à l'autre bout du monde. Il voudrait inventer de nouvelles solutions croisant les deux offres avec des entreprises spécialisées dans la messagerie instantanée.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale