Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Wyca Robotics fait appel à des étudiants ingénieurs pour offrir de nouvelles fonctionnalités à ses robots

Grâce à un partenariat avec l'Upssitech, l'école d'ingénieurs de l'Université Paul Sabatier à Toulouse, Elodie, le robot à navigation autonome de la start-up Wyca enrichit ses fonctionnalités avec une nouvelle capacité de suivi de personnes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Wyca Robotics fait appel à des étudiants ingénieurs pour offrir de nouvelles fonctionnalités à ses robots
Wyca Robotics fait appel à des étudiants ingénieurs pour offrir de nouvelles fonctionnalités à ses robots © Upssitech - Elodie Charbonnel

Nom de code : ELFY, pour Elodie Follows You. Elodie est une plateforme robotique à navigation autonome, à la fois modulaire et multi-fonctions, développée par Wyca Robotics, une jeune société toulousaine. La startup, créée en 2015, emploie une dizaine de salariés.

Conçue pour des applications en intérieur et présentée en janvier 2020 au CES de Las Vegas, Elodie s'adresse à des verticales métiers, pour des missions de logistique, d'accueil, de surveillance de bâtiment ou de soutien aux équipes de maintenance, en entrepôts, magasins, usines ou complexes tertiaires. Le petit robot (à peine 40 cm de hauteur) est doté d'un système de fixation pour supporter des équipements divers (casiers de transport de pièces, écrans pour de la télé-présence, ...), avec une capacité d'emport de 100 kg.

Pour lui offrir une nouvelle fonctionnalité de suivi de personnes, Wyca Robotics a décidé de s'adresser aux étudiants ingénieurs de dernière année de la filière systèmes robotiques et interactifs (SRI) de l’Upssitech, l'école d'ingénieurs de l'UPS (Université Paul Sabatier), à Toulouse. Le partenariat s'inscrit dans le cadre d’un projet de grande envergure (PGE). Un dispositif pédagogique très particulier, qui a déjà fait ses preuves à l'Upssitech.

Un projet collaboratif en mode mini-entreprise
Pendant 6 mois, l'ensemble des 22 étudiants de la promotion sont embarqués au sein d'un grand projet commun et collaboratif, conduit en partenariat avec un industriel, autour d'un cahier des charges bien défini. Il s'agit de placer les étudiants dans un contexte professionnel, de mobiliser leurs compétences technologiques, mais aussi de les rôder en matière d'organisation et de gestion de projets.

Pour toute la durée du PGE, les étudiants s'organisent en équipes, autour de deux chefs de projets, avec à un fonctionnement en mode "mini-entreprise". "Cette année, nous avons du aussi prendre en compte toutes les contraintes sanitaires liées à la crise du Covid-19, avec une alternance de télétravail et de séances en petits groupes, notamment pour les phases de tests", précise Elodie Charbonnel, l'une des étudiantes du projet, en charge de la communication.

De nouveaux algorithmes de deep-learning
Pour doter Elodie d'une nouvelle capacité de suivi de personne, le défi s'avère plus complexe qu'il n'y paraît. D'autant que le cahier des charges de Wyca Robotics portait sur un suivi passif réalisé par vision, sur la base des capteurs déjà embarqués sur le robot. "Or, l'appareil étant de petite taille, le champ de vue de ses capteurs embarqués (caméra 3D, lidar, caméra grand angle), adapté pour de la navigation autonome, est limité pour de la reconnaissance de personnes", explique Marc Girard, l'un des deux chefs de projet.

Les étudiants ont finalement implémenté de nouveaux algorithmes de deep-learning capables d'extraire des informations de reconnaissance de la personne à suivre sur la seule base de ses jambes. La nouvelle brique technologique permet aussi au robot de s'adapter à des environnements encombrés, avec des obstacles statiques ou mobiles, de respecter une distance de sécurité avec la personne suivie, avec des accélérations et des décélérations sans à-coup.

Pari gagné ! La startup compte bien proposer très vite ces nouvelles fonctionnalités à ses clients et s'intéresse de près à d'autres pistes ouvertes par les étudiants toulousains, dont la possibilité de répondre à des requêtes gestuelles pour limiter l'utilisation de l'écran tactile ou encore des améliorations dans le comportement de navigation, notamment pour une meilleure prise en compte de passages étroits ou l'évitement de certains angles.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.