Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Xbox vs Playstation : comment la pénurie de composants a redonné de l'élan à Microsoft

La pénurie de semi-conducteurs redistribue un peu les cartes sur le marché des consoles de salon. Alors que Sony continuera à produire des PS4 fin 2022 pour pallier les ruptures de stock de sa dernière console, la PS5, Microsoft a déjà arrêté depuis un an celle des Xbox One et réussit à maintenir la Xbox Series S en stock.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Xbox vs Playstation : comment la pénurie de composants a redonné de l'élan à Microsoft
Xbox vs Playstation : comment la pénurie de composants a redonné de l'élan à Microsoft © Microsoft

Face à la pénurie de composants électroniques nécessaires pour fabriquer leurs consoles de salon, Microsoft et Sony ont mis en œuvre deux stratégies opposées. D'un côté, Sony va poursuivre la production de sa Playstation 4 jusque fin 2022, alors qu'il avait à l'origine prévu de l'arrêter en 2021. De l'autre, Microsoft a discrètement arrêté dès la fin 2020 de produire la Xbox One S, dernier modèle de sa console d'ancienne génération encore sur le marché. Pourquoi ces approches divergentes ?

La Xbox Series S supplante la Series X
Les consoles 'next gen' des deux constructeurs, la Xbox Series et la PS5, ont été lancées en novembre 2020. Des sorties marquées dans les deux cas par d'importantes ruptures de stock qui se sont maintenues pendant toute l'année 2021, y compris à Noël (même si on trouvait un peu plus facilement la Xbox Series S). Alors qu'au démarrage, la demande pour la console de Sony était deux fois supérieure à celle des Xbox Series X/S (la PS5 a réalisé le plus gros démarrage de l'histoire du secteur), la pénurie a fini par profiter à l'américain.

Microsoft se concentre désormais sur la production des Series S, le modèle d'entrée de gamme de sa console, qui n'est pas équipé du même processeur que sa grande sœur et est dépourvu de lecteur de disque. "En fait, nous pouvons produire davantage de puces pour la Series S sur une même tranche de silicium que de puces pour la Series X", explique le patron de Xbox à The Verge. Un choix stratégique, combiné à la mise en avant du service de cloud gaming Xbox Games Pass Ultimate, qui se révèle payant avec la pénurie.

La PS5 trop chère à fabriquer
Sony, en revanche, n'a pas pu se permettre de stopper la production des PS4 comme il l'avait prévu fin 2021, et en fabriquera environ un million en 2022 pour compenser le manque de PS5 dans les rayons, a appris Bloomberg.

Si le constructeur japonais dispose comme Microsoft d'un modèle d'entrée de gamme pour la PlayStation 5, il a fait le choix de conserver les mêmes composants clés sur les deux versions. La principale différence entre la PS5 "édition digitale" et l'édition standard est qu'elle n'est pas équipée de lecteur Blu-ray. L'aspect économique rentre aussi en jeu, la hausse du prix des composants rendant la PS5 difficilement rentable.

Dans le contexte actuel du marché des semi-conducteurs, la stratégie de Microsoft s'est donc révélée être la plus résiliente. Pour autant, il n'est pas donné qu'il prenne le dessus sur Sony à moyen terme. La PS4 s'est vendue environ deux fois plus que la Xbox One sur la génération précédente (la faute entre autres à une contre-performance de Microsoft dès le lancement) et la demande en PS5 reste plus élevée que celle en Xbox Series. Quant à Nintendo, il reste aussi prudent, la production de ses différents modèles de Switch étant tendue avec une forte demande qui ne faiblit pas.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.