Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Xiaomi a été officiellement retiré de la liste noire des Etats-Unis

Vu ailleurs C'est désormais officielle. Xiaomi ne figure plus sur la liste des sociétés liées à l'armée chinoise établie par les Etats-Unis. Après une bataille judiciaire de plusieurs mois, le fabricant de smartphones a annoncé être exempté des restrictions mises en place par l'administration Trump et qui paralysent toujours de nombreuses société chinoise sur le marché américain.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Xiaomi a été officiellement retiré de la liste noire des Etats-Unis
Xiaomi a été officiellement retiré de la liste noire des Etats-Unis © CelEye Photographies

Les États-Unis ont officiellement retiré Xiaomi de leur liste noire commerciale après plusieurs mois de bataille judiciaire. La levée de restrictions à l'encontre de Xiaomi était discutée depuis plusieurs semaines. Début mai 2021, une série de documents judiciaires indiquaient que le ministère américain de la Défense allait retirer l'entreprise de sa liste noire. C'est désormais acté.

Cette levée des restrictions a été ordonnée par le tribunal du district de Columbia qui a rendu le 25 mai une ordonnance qui annule la désignation de la société comme une "entreprise militaire chinoise communiste" (CCMC). Cette annonce a été confirmée par Xiaomi dans un document déposé à la bourse de Hong Kong. Cette décision permet de nouveaux aux Américains d'investir dans le fabricant de smartphones.

La fin d'une bataille judiciaire
Les Etats-Unis ont inclus Xiaomi dans la liste noire le 14 janvier 2021, à moins d'une semaine de la fin du mandat du président Donald Trump. Quelques semaines plus tard, la société avait déposé un recours à l'encontre de cette décision qualifiant ce jugement "d'illégal et inconstitutionnel" et niant tout lien avec l'armée chinoise.

En mars dernier, la société a finalement obtenu une injonction préliminaire bloquant la désignation, un juge ayant qualifié la mise sur liste noire d'"arbitraire et capricieuse." Au début du mois, Xiaomi et le ministère de la Défense ont annoncé qu'ils étaient parvenus à un accord pour résoudre ce litige.

Pour l'instant, l'administration Biden – qui semble s'éloigner de la politique de son prédécesseur – n'a donné aucune indication sur le sort réservé aux autres entreprises placées sur liste noire. Sept autres entreprises ont été placées sous des restrictions similaires dont Huawei. Ren Zhengfei, le PDG de Huawei, a annoncé le 25 mai, une nouvelle stratégie commerciale pour se détacher du marché américain et se développer dans le reste du monde.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.