Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Xiaomi dénonce une liste américaine officielle qui l'associe à l'armée chinoise

Xiaomi ne veut pas figurer sur la liste officielle des sociétés liées à l'armée chinoise émise par les Etats-Unis. Le fabricant de smartphones fait un recours à l'encontre de cette décision qui le prive notamment de ses investisseurs américains.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Xiaomi dénonce une liste américaine officielle qui l'associe à l'armée chinoise
Xiaomi dénonce une liste américaine officielle qui l'associe à l'armée chinoise © CelEye Photographies

Sous l'impulsion de l'administration Trump, Xiaomi ainsi que huit autres entreprises ont été ajoutées sur une liste qui oblige les investisseurs américains à céder leurs participations dans ces entreprises. Mais Xiaomi ne veut pas figurer sur cette officielle des sociétés liées à l'armée chinoise. Le fabricant de smartphones a annoncé dimanche 31 janvier 2021 avoir déposé une plainte à l'encontre des Départements américains du Trésor et de la Défense pour que son nom n'y figure plus, relate Reuters.

Huawei figure sur cette même liste. En raison des nombreuses restrictions commerciales dont elle souffre, l'entreprise a revendu sa marque de smartphone Honor à un consortium d'entreprises chinoises et réfléchit à faire de même avec ses gammes P et Mate.

Un "nombre substantiel" d'investisseurs américains
Dans son recours, Xiaomi a qualifié le jugement "d'illégal et inconstitutionnel" et ajoute que l'entreprise n'est pas contrôlée par l’armée chinoise. 75% des droits de vote de la société, dans le cadre d'une structure pondérée, sont détenus par les cofondateurs Lin Bin et Lei Jun, sans propriété ni contrôle d'une personne ou d'une entité affiliée à l'armée, justifie Xiaomi.

Xiaomi a ajouté que ces restrictions qui doivent entrer en vigueur le 15 mars lui causeront "des dommages immédiats et irréparables". Un "nombre substantiel" de ses actionnaires sont des ressortissants américains et trois de ses dix principaux détenteurs d'actions ordinaires sont des groupes d'investissement institutionnels américains, détaille Xiaomi.

"L'association publique de Xiaomi avec l’armée chinoise nuira considérablement à la réputation de l'entreprise auprès des partenaires commerciaux et des consommateurs, causant des dommages à sa réputation qui ne peuvent être facilement quantifiés ou réparés", ajoute encore la société chinoise.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.