Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Xiaomi rachète 1500 brevets à Microsoft

Le constructeur chinois de mobiles Xiaomi renforce son portefeuille de propriété intellectuelle en rachetant 1500 brevets à Microsoft. Une acquisition destinée à faciliter son développement à l’international.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Xiaomi rachète 1500 brevets à Microsoft
Mi 5, dernier smartphone vedette de Xiaomi © Xiaomi

Xiaomi se renforce en propriété intellectuelle. Le constructeur chinois de mobiles rachète à Microsoft quelque 1500 brevets. La transaction se double d’un accord de licence croisée entre les deux parties et d’un partenariat stratégique, avec l’engagement de Xiaomi d’installer des logiciels de Microsoft, comme Office ou Skype, sur ses smartphones et ses tablettes. Les termes financiers de l’accord ne sont pas dévoilés.

 

Xiaomi détrôné par Huawei, Oppo et Vivo

Après une irruption fulgurante sur le marché, le dragon chinois des mobiles tend à patiner. Il est même détrôné, non seulement par le géant chinois Huawei, mais aussi par Oppo et Vivo, deux nouvelles marques chinoises inconnues jusqu’ici en Occident, qui le font sortir du Top 5 mondial des smartphones au premier trimestre 2016, selon IDC.

 

En difficultés en Chine face à ces nouveaux concurrents, Xiaomi peine aussi à s’étendre à l’international, une condition clé pour son développement. En 2015, il n’a réalisé que 12% de ses ventes en volume en dehors de l’Empire du Milieu. L’un des obstacles majeurs à son expansion internationale tient à la faiblesse de sa position en propriété intellectuelle. Certes, Xiaomi a déposé 3700 demandes de brevets en 2015, un chiffre plutôt honorable. Mais sa jeunesse dans les mobiles ne lui assure pas un portefeuille suffisant pour se défendre face à des acteurs historiques. L’accord conclu avec Microsoft est censée corriger ce manque.

 

Démarche inhabituelle pour Microsoft

Pour Microsoft, la vente de brevets est une démarche inhabituelle. Le géant de Redmond privilégiait jusqu’ici le paiement de redevances de licences par les constructeurs de mobiles sous Android, un système d’exploitation de Google qu’il suspecte de contrefaire ses brevets. Mais il est en train de sortir lui-même des mobiles au profit de partenaires utilisant ses logiciels. L’accord conclu avec Xiaomi s’inscrit dans cette nouvelle stratégie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale