Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Yavin lève 1,2 million d'euros pour déployer ses terminaux de paiement Android dédiés aux PME

Levée de fonds La jeune pousse Yavin propose un terminal de paiement fonctionnant sous Android dédié aux PME (restauration, hôtellerie, libéraux). Il permet de payer en tickets restaurant, en fractionné... Elle vient d'annoncer une levée de 1,2 million d'euros pour séduire de nouveaux clients. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Yavin lève 1,2 million d'euros pour déployer ses terminaux de paiement Android dédiés aux PME
Yavin lève 1,2 million d'euros pour déployer ses terminaux de paiement Android dédiés aux PME © Yavin

La fintech Yavin, à l'origine d'une solution d'encaissement en magasin, annonce ce jeudi 9 septembre une levée de fonds de 1,2 million d'euros. Le tour de table a été mené par le fonds anglais SeedCamp (Revolut, Wise) et des business angels comme Xavier Niel (Kima Ventures), Arthur Waller (Pennylane), Pierre-Antoine Dusoulier (iBanFirst), Thibaud Elzière (eFounders) ainsi que Renaud Visage (Eventbrite). 

Implantée à Paris, cette jeune pousse a été fondée en 2020 par l'actuel CEO Samuel Manassé, ancien CEO de Smile&Pay, et le CTO Alfred Bourély. Ils ont développé une solution d'encaissement qui repose sur un terminal fonctionnant sous Android. Le terminal est décliné en plusieurs gammes, plus ou moins compact : mini X (ultra compact), Yavin X (batterie longue durée et imprimante intégrée), Yavin X fixe PinPad (idéal pour les points fixes). 



Une offre dédiée aux PME
L'offre s'adresse spécifiquement aux PME. En effet, Yavin estime que les services traditionnels proposés par les banques ne sont plus adaptés aux besoins actuels de ces entreprises. En effet, les commerçants sont voués à passer par des contrats de location sur plusieurs années, à ne pas pouvoir intégrer le paiement à d’autres outils qu’ils utilisent..., explique la jeune pousse. La France est un marché stratégique car 99,84% des entreprises sont des PME, d'après les chiffres du ministère de l'Economie, des finances et de la relance. 

Pour offrir une grande flexibilité, Yavin est sans engagement et intègre de nombreuses options. Ainsi, les commerçants équipés peuvent accepter les titres restaurants, les paiements par QR code via Lydia, AliPay, et les paiements fractionnés. Ils peuvent également digitaliser les tickets de carte bancaire ainsi qu'accéder à la donnée de paiement enrichie en temps réel sur un back-office et via API. La solution s'intègre aux logiciels préexistants (logiciel de caisse...). 


Personnaliser le terminal en fonction des besoins
L'idée est que le commerçant puisse personnaliser son terminal en fonction de ses besoins et de ceux de ses clients. Alfred Bourély, CTO de Yavin, précise ainsi que la technologie repose sur une "architecture ouverte" permettant "aux éditeurs de logiciels de développer des applications directement sur les terminaux de paiement". 

Le business model de Yavin ne repose pas sur "les commissions sur les transactions mais les services que nous ou nos partenaires apportons aux marchands", détaille le CEO Samuel Manassé. A ce titre, la jeune pousse promet d'obtenir les commissions les plus compétitives du marché en mettant en concurrence les banques. 

Plus 500 marchands
La solution de Yavin a déjà séduit plus de 500 marchands, dans la restauration (Maison Sauvage, Popchef, Pizza Cozy...), l'hôtellerie ainsi que les professions libérales (médecins, avocats...). Elle revendique des dizaines de millions d'euros de transactions par an. Grâce à cette levée de fonds, la start-up espère ainsi conquérir de nouveaux marchands. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.