Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Pourquoi YouTube mise sur les edtech et investit 20 millions dans YouTube Learning

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Analyse YouTube va soutenir la création de contenus éducatifs en investissant 20 millions de dollars. L'annonce confirme l'intérêt de ce qu'on appelle les edtech. Elle intervient aussi à un moment où YouTube conteste la directive européenne sur le droit d'auteur, tandis que l'Union européenne voudrait bien taxer davantage les Gafa. Les 20 millions sont ils si désintéressés que ça ? 

Pourquoi YouTube mise sur les edtech et investit 20 millions dans YouTube Learning
Pourquoi YouTube mise sur les edtech et investit 20 millions dans YouTube Learning © jm3 - Flickr - c.c.

Si vous pensiez encore qu'on ne trouvait sur YouTube que des chatons ou des individus pratiquant le bucket challenge (qui consiste à se verser un seau d'eau sur la tête), il va falloir revoir vos basiques. La filiale vidéo de Google se considère comme "la solution par défaut pour l'apprentissage" et a décidé conséquemment d'investir 20 millions de dollars pour soutenir le programme YouTube Learning. Preuve de l'importance de l'engagement, c'est la boss de la maison, la CEO, Suzanne Wojciki qui a annoncé cette opération via notamment un billet de blog. 

 

Une chaîne pour la formation 

En effet, depuis plusieurs années, on trouve sur la plateforme des contenus d'apprentissage qu'il s'agisse de réparer sa moto, de lutter contre la timidité, de prendre la parole en public ou d'assister à un cours en ligne et à un TedX hyper-formaté. Les 20 millions ont pour but "de soutenir les créateurs et les organisations spécialisés qui créent et organisent des contenus éducatifs de qualité sur YouTube." La plateforme indique avoir commencé à soutenir certaines chaines réputées, comme Ted-Ed.


Le programme Learning rassemblera des vidéos d'apprentissage. Le but de YouTube est d'aider les internautes à retrouver plus facilement des vidéos de qualité dans le domaine de l'enseignement, qu'il s'agisse "des tutoriels, des DIY (do it yourself, ndlr) ou tout simplement des playlists pour améliorer des compétences", indique le communiqué maison. La plateforme de vidéos indique ainsi travailler avec OpenClassrooms, une start-up française remarquée qui propose des cours en ligne. Certaines des vidéos de formation sont disponibles sur YouTube. Une plateforme pour déposer un projet a également été développée.


Un marché porteur

Cette annonce intervient dans un contexte où les edtech (les technologies au service de l'éducation) sont présentées comme un marché potentiellement lucratif. Une étude réalisée par Deloitte pour la Caisse des Dépôts l'estime dans une fourchette de 115 à 156 millions d'euros d'ici à 2022. En, 2017, la Caisse des Dépôts (toujours elle) a annoncé le lancement d'un observatoire des edtech. Toujours en France, Marie-Christine Levet, bien connue du monde des entrepreneurs numériques, a lancé Educapital, un fonds d'investissement spécialisé dans les edtech. Lors du premier "closing du fonds" ce dernier a réuni 45 millions d'euros.

 

L'annonce de YouTube arrive à un moment particulier. La firme est vent debout contre le projet de la Commission européenne de réforme du droit d'auteur. Contre ce projet, elle a appelé les contributeurs à manifester leur soutien. En annonçant un soutien de 20 millions, YouTube ne se ruine pas. Le chiffre d'affaires de l'entreprise est évalué à 15 milliards de dollars, selon l'estimation d'un analyste révélée par Business Insider. 

 

Un contexte particulier

L'annonce intervient aussi au moment où les gouvernements de l'Union européenne essaient de trouver une solution à l'épineuse question de la fiscalité des géants du Net. En mettant en avant son rôle éducatif, YouTube rappelle qu'elle (et par ricochet son propriétaire Alphabet, plus connu sous Google) n'est pas qu'une cash machine sans coeur. La plateforme montre qu'elle remplit des missions de quasi service public. Il y a quelques années, en plein débat déjà sur la fiscalité des opérateurs Internet, Google avait créé un fonds de soutien à la presse. Aujourd'hui, c'est donc un soutien aux vidéos de formation qui est annoncé. 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale