Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Yves Maitre, un ancien d'Orange, arrive la tête de HTC

C'est un capitaine français qui prend la barre du constructeur taïwanais HTC. Yves Maitre, précédemment EVP chez Orange, est nommé CEO de cette ancienne gloire des smartphones, reconverti en spécialiste de la réalité virtuelle. Il aura fort à faire pour imposer HTC face à des concurrents comme Facebook et Valve.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Yves Maitre, un ancien d'Orange, arrive la tête de HTC
Yves Maitre, un ancien d'Orange, arrive la tête de HTC © HTC

HTC change de direction. La cofondatrice et CEO de l'entreprise depuis quatre ans, Cher Wang, va désormais se cantonner au rôle de présidente. Le rôle de CEO est confié dès ce mardi 17 septembre 2019 au Français Yves Maitre. Il était précédemment EVP of Consumer Equipment and Partnerships au sein de l'opérateur télécom Orange, où il a passé 14 ans de carrière. Il avait auparavant travaillé pour Thomson Multimedia.

 

Cher Wang va désormais se concentrer sur l'expansion de l'écosystème "Vive Reality", qu'elle conçoit comme étant à la croisée de la réalité virtuelle et augmentée, de la 5G et de l'intelligence artificielle. Dans les faits, HTC se concentre surtout aujourd'hui sur la réalité virtuelle, à la fois au travers de casques VR, dont le dernier produit sera commercialisé le 3 octobre, mais aussi via des services comme Viveport Infinity. Cette réinvention du constructeur de smartphones, qui fut le premier à adopter le système d'exploitation Android il y a 11 ans, s'est faite dans la douleur.

 

Une réinvention qui n'a pas encore porté ses fruits

Expulsé du marché des smartphones par une concurrence chinoise plus féroce que jamais et l'arrivée du secteur à maturité, HTC s'est engagé sur un marché de la réalité virtuelle prometteur mais encore en gestation. Son premier produit, le HTC Vive, fut un succès critique à sa sortie en 2016 grâce à la collaboration avec Valve Corporation. Le nombre d'utilisateurs limité n'a cependant pas permis à HTC de dégager des profits sur ces ventes, et ses résultats sont depuis toujours dans le rouge depuis. En parallèle, l'entreprise s'est fortement amincie, vendant ses usines et une grande partie de ses ingénieurs pour s'adapter à sa nouvelle réalité.

 

L'incursion de l'entreprise sur le terrain des services est la conséquence d'un marché VR plus compétitif que jamais et pour lequel les marges réalisées sur le matériel sont tirées vers le bas, comme elles l'ont été dans le marché des smartphones. HTC sait que se contenter d'être un fabricant d'électronique le condamnerait à reproduire le même destin funeste. Yves Maitre hérite donc d'une entreprise disposant d'un réel potentiel, mais dont la situation financière doit être rapidement redressée.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media