Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Zhongji Holding va débourser près d'un milliard de dollars pour racheter l'éditeur de Family Farm

Le groupe chinois Zhongji Holding va mettre la main à la poche pour racheter DianDian Interactive. Cette filiale du groupe chinois FunPlus Interactive est spécialisée dans les jeux pour mobiles et pour les réseaux sociaux. Elle a notamment produit le programme en vogue Family Farm, qui compte plus de 50 millions d'utilisateurs.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Zhongji Holding va débourser près d'un milliard de dollars pour racheter l'éditeur de Family Farm
Zhongji Holding va débourser près d'un milliard de dollars pour racheter l'éditeur de Family Farm © family farm

Plus de 50 millions d'utilisateurs de Facebook se sont laissés séduire par Family Farm. Ce jeu vidéo disponible sur le réseau social a été traduit en 16 langues. Ses joueurs deviennent des fermiers numériques, ils élèvent des vaches, moissonnent leurs champs et choisissent leur matériel agricole.

Pour racheter l'éditeur de ce programme à succès, le conglomérat chinois Zhongji Holding, basé à Shanghai, a annoncé le 19 août qu'il débourserait 960 millions de dollars. Il mettra ainsi la main sur DianDian Interactive, la filiale spécialiste des jeux pour mobiles et pour les réseaux sociaux du chinois FunPlus Interactive. Cette société parvient à attirer dans ses filets 4 millions de joueurs par jour. L'opération devrait être finalisée en 2015 et devra être avalisée par les autorités compétentes.

Un gros coup d'ici un an

Avec cette acquisition, Zhongji Holding dispose de la propriété intellectuelle de Family Farm, mais aussi de Family Farm Seaside, de Happy Acres, de Royal Story et d'un jeu aujourd'hui en développement. Il pourra exploiter ces programmes rentables avec les 120 salariés que compte DianDian Interactive.

FunPlus Interactive a préféré se séparer d'une partie de ses actifs matures pour disposer d'un réservoir de liquidités, plutôt que de se soumettre à la loi du marché en ouvrant son capital en bourse. "Une grande partie de notre business est concentrée sur des opportunités importantes et disruptives, qui pourraient se matérialiser dans 3, 6 ou peut-être 12 mois. Nous ne voulions pas sacrifier cela [en nous soumettant à la loi des] marchés financiers", a expliqué le directeur de la stratégie de DianDian Interactive.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale