Zuckerberg contre Musk : leur clash sur l'intelligence artificielle

Quand on leur parle d'intelligence artificielle, les patrons de Tesla et de Facebook perdent vite leurs nerfs et laissent davantage parler leurs émotions que leur intelligence pourtant unanimement louées. 

Après tout, ce ne sont que de simples hommes, ce ne sont pas des machines. 

Ce qui est plutôt rassurant, d'autant que leur opposition pose une vraie question.

Partager
Zuckerberg contre Musk : leur clash sur l'intelligence artificielle
Et encore ils n'ont pas vu les serveurs de Google pour les projets I.A. maison.

Bonne ambiance dans la Silicon Valley, où malgré le climat tempéré les esprits s'échauffent tellement que les clashs entre Booba et La Fouine apparaissent comme des déclarations d'amour.

Tout commence le week end du 15 juillet où le patron de Tesla, reçu par l'association des gouverneurs américains, s'inquiète des dangers de l'intelligence artificielle. Et Elon Musk d'indiquer qu'il est plus que temps de réguler les intelligences artificielles. Pour lui, tôt ou tard, le moment arrivera où une intelligence artificielle tuera un humain. Mais la perspective semble si irréelle que personne ne s'en inquiète. L'intelligence articielle est, pour lui, le "plus grand risque auquel notre civilisation sera confrontée".

Deux visions de la technologie

Pas d'accord a répondu en substance le patron de Facebook, Mark Zuckerberg. Interrogé par un internaute lors d'une session de dialogue en ligne organisée régulièrement, il a qualifié d' "irresponsables" les propos d'Elon Musk. Pour Mark le bienheureux, les progrès de l'intelligence artificielle sont une bonne nouvelle. C'est moins d'accidents de voitures avec les voitures autonomes ou des diagnostics médicaux de meilleure qualité.

A ce stade du match, on en était à une légère avance pour Zuckerberg. Mais comme dans les meilleures séries, la situation a vite été retournée. Sûrement averti par un diplomate soucieux d'apaiser la situation, Elon Musk a répondu aux déclarations de Zuckerberg, via Twitter. Et là, on n'est plus dans le clash mais dans la petite correction. "J'ai parlé du sujet avec Mark. Il n'y comprend pas grand chose" a-t-il tweeté le 25 juillet à 9h07, heure locale. ("I've talked to Mark about this. His understanding of the subject is limited" en V.O.)

Comment réagira Mark Zuckerberg ? Par le mépris ? Par une nouvelle déclaration tonitruante ? Et si on attendait l'automne pour discuter calmement les enfants... Surtout que les deux rivaux du moment savent aussi se ranger dans le même camp. C'est le cas, par exemple, avec la start-up d'intelligence artificielle Vicarious, dans laquelle les deux protagonistes ont tous les deux investi.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS