Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

A eux 5, les Gafa+Microsoft représentent autant d'emplois que Carrefour

Vu ailleurs Dans une courte vidéo, Alexandre Mirlicourtois, directeur des études de Xerfi, donne quelques chiffres-clés pour résumer la puissance de ceux qu'on appelle les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). Géants financiers et économiques, ils restent cependant des nains en matière d'emplois.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

A eux 5, les Gafa+Microsoft représentent autant d'emplois que Carrefour
En 2006, Microsoft était la seule entreprise technologique à faire partie des 5 plus grosses capitalisations boursières mondiales.

Directeur de la prévision de Xerfi, cabinet d'analyses et d'études sectorielles, Alexandre Mirlicourtois rappelle à quel point la révolution numérique a été encore plus rapide que ce que l'on imagine. Aujourd'hui, les valeurs technologiques pèsent plus lourd en termes de capitalisation boursière que les valeurs, et ce à l'échelle du monde. Les plus grandes capitalisations ressortent toutes du secteur de la high tech, avec la présence des Gafa (Google, qu'il faudrait un jour se résoudre à appeler de son vrai nom Alphabet, Amazon, Facebook et Apple) et de Microsoft. 

Il rappelle surtout qu'il n'en était rien il y a dix ans, où Microsoft était la seule valeur technologique du top 5. De même, il rappelle qu'il serait vain de se rassurer en parlant de spéculation financière. Le classement par chiffre d'affaires montre aussi l'irruption des sociétés du numérique quand, au début des années 80, les sociétés pétrolières occupaient la première place.

 

Des géants mondiaux mais peu d'emplois

Faut-il s'en féliciter ? Peut-être, mais en ayant à l'esprit que ces cinq entreprises, les GAFAM, ont réussi ce prodige en ayant finalement très peu de salariés. Amazon est le 74 e employeur des Etats-UNis, Microsoft le 194e, Apple le 211e et Google le 311e. Facebook compte à peine plus de 10 000 salariés ! A eux cinq, ils représentent un quart des emplois de Wal-Mart, le groupe de distribution des Etats-unis. Ils ne dépassent que de quelques milliers l'emploi chez Carrefour, le premier employeur privé français.

Pour être complet, il faudrait ajouter la nuée d'indépendants qui travaillent pour ces entreprises ou grâce à leurs plateformes. C'est d'autant plus important si on ajoute Airbnb ou Uber. Car la vraie révolution introduite par les géants made in USA du web est qu'ils ont créé une nouvelle forme institutionnelle : l'entreprise à l'effectif permanent et en CDI réduit. L'emploi ne disparaît pas forcément, sa forme privilégiée se transforme.

 

La vidéo de Xerfi 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media