Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

SparkLabs Cultiv8, ce lab australien dédié à l’AgTech

Pour soutenir les start-up de l’AgTech, SparkLabs, une entreprise à rayonnement international, a décidé d’installer un accélérateur de business à 3 heures de Sydney. Son nom ? Cultiv8. Le point avec Jonathon Quigley, partenaire chez Sparklabs.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

SparkLabs Cultiv8, ce lab australien dédié à l’AgTech
SparkLabs Cultiv8, ce lab australien dédié à l’AgTech © Capture écran

L’Australie, nouvel eldorado de l’AgTech? SparkLabs, une entreprise internationale basée entre autres à Pékin, Hong Kong et Taipei, a décidé de lancer il y a quelques semaines Cultiv8, son accélérateur pour start-up de l’AgTech à Orange (NSW) en Australie. Installé à 3 heures de route de Sydney, ce fonds de 10 millions de dollars australiens (soit 6,24 millions d'euros) dédié à l’agriculture et l’alimentaire, bénéficie de 13 000 hectares de terrain expérimentaux représentant 4 zones climatiques différentes grâce à un partenariat avec le Département des Industries Primaires et son nouvel écosystème global dédié à l’AgTech.
Véritable enjeu de société, l’agriculture du futur se dessine au travers de programmes et d’accélérateurs comme Cultiv8. Jonathon Quigley, partenaire chez Sparklabs revient sur la genèse du projet.

Trois questions à Jonathon Quigley, partenaire chez Sparklabs
 

L’Usine Digitale - Pourquoi avez-vous décidé de lancer un programme pour soutenir l’AgTech ?
Jonathon Quigley -
Notre but avec Cultiv8 est d’avoir un impact sur la chaîne alimentaire et l’agriculture, enrichir les connaissances sur les origines des produits, les diagnostics, et permettre aux fermiers d’accéder aux meilleures technologiques. Nous recherchons donc les meilleures start-up à travers des voyages, des rencontres, des réunions. Notre but est de repérer les bonnes idées et de les sélectionner. Ensuite, nous faisons venir des fonds pour soutenir ces start-up. SparkLabs Cultiv8 est un programme sur 5 ans avec 12 entreprises dans lesquelles sont investis 100 000 dollars australiens (envrison 62 500 euros) chaque année.
Nous souhaitons principalement aider des startups au début de leur histoire, afin de les voir grandir progressivement et de les amener à un niveau international. Aujourd’hui 70% des compagnies sélectionnées par Cultiv8 sont internationales.

Pourquoi avez-vous décidé de vous installer en Australie ?
J. Q. - 
L’Australie est un terrain de jeu parfait pour installer un programme de soutien aux start-up de l’agriculture. Cette industrie est stratégiquement importante en Australie car c’est un gros importateur et cela fait donc du sens de soutenir ce secteur. Le pays est également un pont privilégié vers l’Asie, un continent originellement important pour SparkLabs. L’Australie devrait notamment voir ses importations doubler vers l’Asie d’ici 2050, sachant que nous sommes aussi basés à Taipei, Hong Kong et Pékin, avec des programmes concernant l’IoT, les smart cities ou encore la fintech.
Si aujourd’hui le marché asiatique est déjà grand, il devrait encore croître dans l’avenir que ce soit via le Japon, la Chine, l’Inde ou la Corée. Ce continent va influencer les futures tendances alimentaires.

Quel est votre challenge pour l’AgTech ?
J. Q. -  Un de nos principaux challenges aujourd’hui dans l’AgTech est de convertir les data que nous collectons, de les organiser de manière à ce qu’elles soient utiles pour délivrer un bénéfice à notre industrie. L’AgTech peut avoir un impact sur la transparence du marché, améliorer la confiance qu’a le consommateur et lui amener de l’information. Avec les changements que subit notre planète, comme l’augmentation de la température moyenne, les problématiques sont grandes mais les solutions tardent à venir. Nous voulons avoir un impact, mettre en production des technologies qui peuvent être utilisées par le plus grand nombre de fermiers dans le monde, et finalement faire la différence.
 

Les 8 premières start-up de SparkLabs Cultiv8

  • Aquabyte est une start-up qui applique des algorithmes de machine learning à l'aquaculture et à la pisciculture, notamment dans les fermes de saumon en Norvège. Le but de l'entreprise est de rendre les fermes plus efficaces, durables et profitables.
  • BioCarbon Engineering utilise la data et la robotique pour fournir un service de plantation par drone.
  • Evaptainers crée des réfrigérateurs low-cost qui fonctionnent grâce à l'eau et sans électricité. Cette technologie a été testée pendant 2 ans au Maroc et se destine au marché africain.
  • Farmbot est une start-up issue de l'AgTech australienne qui installe des capteurs apportant de multiples informations aux fermiers. Que ce soit pour la chaîne d'irrigation ou l'analyse de l'eau, ces capteurs ont été créés pour être installés par le fermier lui-même et utilisables en 10 minutes.
  • Hydroleap propose des traitements de eaux usées moins chers, compatibles avec les questions environnementales, et faciles d'installation. Les composants chimiques sont remplacés par un traitement électrique de l'eau.
  • James Tyler a construit une plateforme allant "des fermes australiennes aux tables chinoises" qui permet de livrer des produits frais australiens dans près de 90 villes chinoises. Cette plateforme logistique propose une chaîne du froid optimale pour gérer ces produits frais.
  • Ripe.io est une startup qui a calqué son système de supply chain transparente pour l'alimentaire sur les modèles existants dans l'IoT ou la blockchain. Le but est de suivre de près la trajectoire de la nourriture tout au long de son voyage et garantir ainsi une bonne qualité des produits.
  • Secure Impact est une plateforme transparente de ventes, d'achats ou de locations pour les propriétés rurales. Cette marketplace met en lien les fermiers australiens et leurs investisseurs pour échanger des actifs sur leurs terrains, l'agriculture, l'eau, le carbone, le coton, les graines ou huiles.
     

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale