Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

A-t-on trouvé le mystérieux créateur du Bitcoin ?

Vu ailleurs Mais qui est donc Satoshi Nakamoto, l'homme à l'origine de l'étude, du protocole et du software qui ont donné naissance au Bitcoin ? La question, qui taraude aussi bien la presse que la communauté Bitcoin depuis des années, pourrait enfin avoir sa réponse. D'après Wired et Gizmodo, derrière ce pseudonyme se cacherait en réalité Craig Steven Wright, un australien aussi brillant qu'il est excentrique.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

A-t-on trouvé le mystérieux créateur du Bitcoin ?
A-t-on trouvé le mystérieux créateur du Bitcoin ? © @Antana - Flickr c.c.

Le lancement du Bitcoin en février 2009 a entamé une véritable révolution. Cette cryptomonnaie — dont les transactions et la création de devises sont décentralisées et reposent sur des principes cryptographiques — a bouleversé pour beaucoup la conception fondamentale de la monnaie et la nécessité de passer par un acteur tierce de confiance (banques). Mais son origine est jusqu'ici restée un mystère. Son concepteur, seulement connu par son pseudonyme Satoshi Nakamoto, a préféré rester dans l'ombre, et a su échapper à toutes les tentatives de l'identifier.

 

Un profil atypique

Cette énigme longuement entretenue pourrait avoir pris fin. Dans un article du 8 décembre, deux journalistes de Wired listent de nombreux éléments récemment apparus qui pointent tous vers un seul homme : Craig Steven Wright. Une enquête de Gizmodo parue le même jour arrive aux mêmes conclusions. Cet australien de 44 ans, autodidacte et qui serait titulaire entre autres d'un double doctorat et de plusieurs maîtrises, a le profil parfait. C'est un entrepreneur aussi excentrique qu'il est talentueux, expert en sécurité informatique et en développement logiciel, fan du Japon et du courant littéraire cyberpunk, et aux fortes convictions antiautoritaires.

 

Cependant, les éléments sur lesquels Wired et Gizmodo ont mis la main ne sont pas entièrement concluants. Nombre d'entre eux, soumis par une source anonyme via une tierce personne, laissent à penser qu'ils auraient pu être contrefaits. Mais pour les journalistes, le nombre de preuves et le profil atypique de Craig Steven Wright pèsent en faveur de cette nouvelle hypothèse. Comme par exemple le fait qu'il ait lancé en juin 2013 une banque de bitcoins, Hotwire, financée à hauteur de 23 millions de dollars... uniquement en bitcoins. Une somme qui représentait à l'époque 1,5% des bitcoins au monde. Il aurait aussi lourdement investit dans du matériel informatique au lancement du Bitcoin, et possèderait à l'heure actuelle deux superordinateurs, dont l'un est dédié à modéliser la capacité de Bitcoin à être utilisé à très grande échelle.

 

La justice s'en mêle

Vient s'ajouter à cela le fait que le principal intéressé semble s'être résolu depuis quelques mois au fait qu'il ne pourrait pas garder son secret pour toujours. Bien lui en a pris. Reuters rapporte que la police australienne a perquisitionné ce matin plusieurs de ses domiciles et bureaux, apparemment suite à un contentieux avec le service des impôts. Pas étonnant quand on sait que Satoshi Nakamoto contrôle une somme de 1,1 million de bitcoins, de loin la plus importante au monde, d'une valeur actuelle de plus de 400 millions de dollars. Selon la loi australienne, cette somme serait imposable. Les autorités nient cependant tout rapport entre leur action et les révélations de la presse.

 

Craig Steven Wright avait apparemment prévu de déménager au Royaume-Uni le 22 décembre, mais la justice semble l'avoir pris de cours. Alors, a-t-il orchestré ces révélations sur son identité car il savait que l'étau se resserrait ? Mais surtout, est-il réellement à l'origine du Bitcoin, ou a-t-il tissé un complexe ensemble de mensonges à des fins encore inconnues ?

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale