Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Airbnb se tourne vers les séjours longue durée

Vu ailleurs Etudiant, travailleur en mission loin de chez lui... Airbnb cherche à capter un nouveau public en se lançant dans les séjours longue durée. La plate-forme de location touristique tente ainsi à répondre à un besoin existant selon elle, puisque une nuit sur sept réservée en 2019 l'était pour un séjour longue durée. Pas sûr que ce virage stratégique plaise à tout le monde.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Airbnb se tourne vers les séjours longue durée
Airbnb se tourne vers les séjours longue durée © Pixabay/TeroVesalainen

Airbnb se lance dans la location longue durée. La plate-forme de location touristique va changer sa page d'accueil afin de mettre en avant ces locations, annonce TechCrunch. Airbnb va aussi envoyer des notifications aux hôtes afin de leur détailler les bénéficies de ce type de séjour et un guide pour leur expliquer comment mettre à jour leurs conditions de location afin d'autoriser ces séjours.

Des locations de 6 à 9 mois

Airbnb avait déjà affirmé cette ambition lors de l'annonce de sa levée de fonds d'un milliard de dollars lundi dernier. La plate-forme passe rapidement à l'offensive et assure qu'au lancement de cette page, plus d'un million d'annonces proposant des séjours au mois seront déjà recensées. Ces logements comprennent toutes les commodités nécessaires pour ce type de séjour, précise TechCrunch : cuisine, lave-linge, Wi-Fi, etc.

Difficile de ne pas évoquer la pandémie de Covid-19, qui change les habitudes. Des personnes à risque peuvent avoir besoin de s'isoler, et les professionnels de santé peuvent s'appuyer sur Airbnb pour se rapprocher de leur lieu de travail ou ne pas être en contact avec leur famille pour éviter la contagion.

Mais Airbnb assure que cette tendance était déjà présente avant la crise sanitaire : une nuit sur sept réservée en 2019 était pour un séjour longue durée. De plus en plus d'étudiants ou de professionnels en déplacement de longue durée se tournent vers la plate-forme pour trouver un logement pour des durées de six ou neuf mois. Ce sont donc aux besoins de ces personnes que souhaite répondre Airbnb.

Comment vont réagir les agents immobiliers ?

Le virage stratégique de la plate-forme de location touristique risque de ne pas plaire à tout le monde. Airbnb est régulièrement accusé de contribuer à l'augmentation du prix des loyers dans certaines villes en soustrayant certains logements à la location. Depuis le 1er janvier 2020, plusieurs villes françaises limitent d'ailleurs la location des résidences principales à un maximum de 120 nuits par année civile. Cela rend impossible le fait de trouver un seul logement pour une durée de six à neuf mois sur la plate-forme.

La principale organisation représentative des hôteliers, l'Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), a aussi assigné en justice Airbnb pour concurrence déloyale. En se lançant ouvertement dans les séjours longue durée, Airbnb pourrait ouvrir un nouveau front de contestation, cette fois avec les agents immobiliers. Or la plate-forme voit ses finances fondre avec la multiplication des villes confinées en raison de la pandémie de Covid-19. Airbnb a annoncé le remboursement de tous les clients ayant réservés des séjours dans des villes confinées, soulevant la colère de bon nombre de ses hôtes. Hôtes que la plate-forme aimerait désormais inciter à se tourner vers les séjours longue durée.

Une entrée en bourse toujours d'actualité

Preuve que ses finances ne sont pas au beau fixe, la plate-forme serait encore à la recherche de financement selon le Wall Street Journal. Airbnb aimerait à nouveau lever un milliard de dollars. Toutefois, cela ne semble pas freiner les ambitions de son cofondateur et CEO Brian Chesky, qui aurait dit en mars à ses employés qu'une introduction en bourse courant 2020 est toujours d'actualité.

La façon dont va pouvoir rebondir Airbnb à l'issue de la pandémie dépend beaucoup du comportement des touristes et utilisateurs de la plate-forme. Les séjours dans des appartements privés vont-ils être privilégiés aux hôtels qui brassent du monde ? Ou les hôtels seront-ils considérés comme plus hygiéniques que des logements privés ? Le virage stratégique vers les séjours de longue durée va-t-il séduire les hôtes et les clients ? Une chose est sûre : les douze mois à venir seront déterminants pour l'avenir de la plate-forme.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media