Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Alcatel-Lucent – Nokia : le futur champion européen capable de concurrencer Huawei ?

Enfin un concurrent européen à la hauteur du très puissant et ambitieux Chinois Huawei ? Le finlandais Nokia et le français Alcatel-Lucent seraient à la veille d’une fusion capable de le créer.
mis à jour le 14 avril 2015 à 14H18
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Alcatel-Lucent – Nokia : le futur champion européen capable de concurrencer Huawei ?
Alcatel-Lucent – Nokia : le futur champion européen capable de concurrencer Huawei ? © D.R.

[Actualisation - 14/04/2015 - 14:20] : Un conseiller de l'Elysée confirme que François Hollande recevra Michel Combes, directeur général d'Alcatel-Lucent, et Rajeev Suri, CEO de Nokia à 15h, ce 14 avril, en présence d'Emmanuel Macron, le ministre de l'Economie.

Revenu d’entre les morts, le finlandais Nokia confirme étudier sérieusement une fusion (par OPA) avec un autre rescapé du très agité secteur des équipements télécoms : le français Alcatel-Lucent. Le marché mondial est déjà dominé par un autre européen, le suédois Ericsson, dont la domination est menacée par Huawei dont l’ascension est sans appel et l’emprise de plus en plus vaste. Le rapprochement entre les deux européens qui se disputent la 3e place du podium pourrait donner naissance à un concurrent de poids sur le Vieux-Continent, capable de contrer les ambitions du chinois. La capitalisation boursière d’Alcatel-Lucent se monterait à environ 11 milliards d’euros et celle de Nokia à 28 milliards d’euros.

Répartition du marché mondial des équipements télécom (Source : Gartner Group)

Deux plans de redressement drastiques

Les deux entreprises ont toutes deux appliqué des plans de redressement drastiques et douloureux qui commencent à porter leurs fruits. Si la rumeur a plusieurs fois déjà prêté au Finlandais des velléités d’avaler son homologue français depuis près de deux ans, le moment est venu pour les deux entités de confirmer l’opération. Ce ne sont plus deux acteurs mourants qui se rapprochent pour sortir du marasme, mais deux pépites au passé certes traumatisant mais en phase de rémission et prêtes à rebondir qui fusionneraient si la discussion aboutissait.

Alcatel-Lucent, repris de main de fer par Michel Combes en 2013, a réussi à revenir à l’équilibre après une restructuration de sa R&D désormais focalisée sur un plus petit nombre de thématiques dont le cloud télécoms, des coupes importantes dans ses effectifs (15000 employés), la restructuration de sa dette et une maitrise de la consommation de cash... Sa capitalisation boursière se atteindrait aujourd'hui environ 11 milliards d’euros

Nokia, lui, a taillé à coups de hache dans une entreprise qui prenait l’eau. Après que Siemens, qui en possédait la moitié, s’en soit défait en 2012, il a définitivement abandonné ses mobiles à Microsoft en 2013. Le finlandais a fermé toutes ses usines européennes, vendu sa division optique, fermé plusieurs entités de sa division services et tranché dans ses forces vives. Sa capitalisation bousière s'élèverait désormais à 28 milliards d’euros

Une souveraineté européenne a défaut d'être française

Même si la France tient à une "souveraineté télécoms" au point d’avoir baptisé ainsi le plan industriel associé au secteur (dirigé par le directeur de la stratégie et de l'innovation d'Alcatel-Lucent), une telle opération ne devrait pas rencontrer de forte opposition à la tête de l'Etat. Contrairement aux débats qui ont entouré la vente de Dailymotion, l’opération serait ici 100% européenne et renforcerait la position d’un Alcatel-Lucent encore fragile.

La France semble déjà acter l’idée d’une fusion : une porte-parole de Bercy a déclaré à l’AFP que le gouvernement serait "très attentif à ses éventuelles conséquences sur l'emploi et l'activité des sites français d'Alcatel-Lucent, notamment en recherche et développement, et à ses effets sur l'ensemble de la filière télécoms en France." Quant à l’Europe, qui s’apprête à définir un marché unique du numérique pour doper le secteur dans l’Union, elle devrait voir l’opération d’une bon œil, même si celle-ci pourrait laisser un blessé sur le bas-côté : Ericsson.

Emmanuelle Delsol

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Tintin
14/04/2015 22h39 - Tintin

En 2013, Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, avait demandé aux opérateurs français de soutenir Alcatel-Lucent, considéré comme une entreprise stratégique pour le pays. Comme Alstom ? Après Péchiney, Arcelor, Alstom, Numéricable et SFR, Lafarge et tant d’autres, la braderie des joyaux de l’industrie française continue. Les grands groupes, tout comme les petites pépites, passent l’un après l’autre sous contrôle des actionnaires étrangers. Tout doucement, on nous dépouille, c'est bien triste, et pourtant rien n’est fait pour maintenir la propriété française des entreprises, créées et développées patiemment par le talent et le travail de ceux qui nous ont précédés. L’Europe dissuade toute politique volontariste de notre part dans ce domaine. Il faut s’en affranchir avant de se retrouver tout nu, c'est-à-dire sans usines - que les nouveaux propriétaires des entreprises auront peu à peu réinstallées dans leur pays - et avec seulement des chomeurs à payer par les contribuables, tout comme les « élites » qui nous gouvernent si mal, et qui n’ont aucune vision à long terme … Les Allemands et les Suisses eux se débrouillent mieux et vendent rarement leurs entreprises …

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale