Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Amazon, Apple, Google et IBM mauvais élèves en matière de transparence financière

Les géants de la high tech sont épinglés pour leur opacité financière, selon un rapport de l'ONG Transparency international.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Amazon, Apple, Google et IBM mauvais élèves en matière de transparence financière
Amazon, Apple, Google et IBM mauvais élèves en matière de transparence financière © Kenteegardin - Flickr - C.C.

C'est un paradoxe relevé par l'ONG Transparency international, qui lutte contre la corruption et l'opacité financière : les entreprises du numérique, qui grâce à leurs outils et technologies permettent davantage de transparence, ne sont pas des championnes de la transparence elles-mêmes. Amazon, Apple, Google et IBM obtiennent tous des notes inférieures à 3/10 dans l'enquête "Transparency in corporate reporting" menée par l'ONG, qui a passé au crible les 124 premiers groupes du monde. Seuls les groupes chinois de la banque, de l'énergie ou de l'agriculture font pire.

bonnet d'âne pour les géants du numérique

Cette note reflète la capacité des grands groupes à lutter contre la corruption (par exemple, en protégeant les lanceurs d'alerte dans leurs rangs), mais surtout le niveau d'informations financières fourni pays par pays et filiale par filiale, pour éviter tout mécanisme d'évasion fiscale. Amazon récolte une note de 2/10, Google 2,2/10, Apple 2,7, Samsung 2,9, IBM 2,9. Dans le secteur du hardware, la note la moins pire est décrochée par Qualcomm avec 3,8. Les opérateurs télécoms font bien mieux : Vodafone est deuxième du classement avec une note de 6,7. Deutsche Telekom n'est pas loin avec une note de 5,8, Orange est sous la moyenne, noté 4,4/10.

devoir d'exemplarité

Amazon, Apple et Google figurent parmi les sept entreprises américaines dont la direction ne fait pas état de son engagement contre la corruption sur leur site Internet, note Transparency International. Ni Amazon ni Apple n'indiquent si elles sensibilisent leur personnel à la lutte contre la corruption. Amazon est la seule entreprise américaine qui ne donne aucun détail sur sa politique en matière de cadeaux, d'hospitalité et de dépenses, ni sur les moyens de signaler un acte de corruption pour les lanceurs d'alerte. "Les entreprises du secteur technologique créent les changements qui rendent nos sociétés plus ouvertes et plus transparentes. Elles devraient donc montrer l'exemple aux autres entreprises. Nous espérons qu'elles se montreront à la hauteur de leurs produits en faisant preuve de plus de transparence quant à leur mode de fonctionnement", commente Cobus de Swardt, directeur exécutif de Transparency International.

nouvelles règles dans l'ue en 2015

Mais la high tech n'a pas le monopole de l'opacité. Cela semble même une recette du succès des grands groupes, selon Transparency International, puisque la note moyenne est de 3,8/10. 90 des 124 entreprises examinées n'indiquent pas le montant des taxes dont elles s'acquittent à l'étranger et 54 d'entre elles ne communiquent aucune information sur leurs bénéfices réalisés dans d'autres pays.

De nouvelles règles de transparence entreront en vigueur dans l'Union européenne à partir de juillet 2015. Les grandes entreprises seront alors tenues de faire état des sommes dont elles s'acquittent, comme les taxes versées aux États, pays par pays et projet par projet. Elles ne semblent pas prêtes à se conformer à ces nouveaux standards.

Sylvain Arnulf

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale