Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Amazon serait prêt à partager des données non publiques sur ses ventes pour éviter une amende

Pour échapper à une amende qui pourrait aller jusqu'à 10% de son chiffre d'affaires mondial, Amazon serait prêt à partager les données non publiques des vendeurs tiers de sa marketplace. Il est accusé par la Commission européenne de les utiliser pour s'arroger des avantages en créant une distorsion de concurrence. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Amazon serait prêt à partager des données non publiques sur ses ventes pour éviter une amende
Amazon serait prêt à partager des données non publiques sur ses ventes pour éviter une amende © Unsplash

Amazon prêt à faire des concessions pour s'éviter une amende de Bruxelles ? C'est en tout cas ce qu'affirment Reuters et Politico citant des sources anonymes. L'entreprise américaine proposerait de donner accès à aux des vendeurs tiers et sur la façon avec laquelle elle sélectionne les retailers qui bénéficient de la "Buy box. Ni Amazon ni la Commission européenne n'ont accepté de commenter cette information. 
 

Une situation anticoncurrentielle

C'est en juillet 2019 que l'exécutif bruxellois à ouvert une enquête approfondie sur l'utilisation par Amazon des données non publiques des vendeurs tiers de la marketplace. Les conclusions préliminaires montraient que "des volumes considérables de données non publiques des vendeurs sont à la disposition des salariés de l'activité de vente au détail d'Amazon". Ces données sont utilisées pour "calibrer les offres de détail" et les "décisions commerciales stratégiques" au détriment des autres vendeurs de la plateforme. Ce qui permet au géant de l'e-commerce de "concentrer ses offres sur les produits qui se vendent le mieux" et de les ajuster en fonction des données des vendeurs.

Cette situation permet à l'entreprise de Jeff Bezos d'éviter "les risques normaux de la concurrence" et de tirer parti de sa position dominante sur le marché de la fourniture de service de marketplace en France et en Allemagne, soit les plus grands marchés d'Amazon dans l'Union européenne, concluait la Commission. 

Les seconds griefs portaient sur la "Buy box". Cette boîte d'achat permet à un internaute d’ajouter un produit à son panier d’achat. Or, lorsque plusieurs vendeurs proposent un même produit, un seul vendeur sera sur la Buy Box. L'exécutif souhaite examiner les critères fixés par Amazon pour sélectionner le "vainqueur".
 

Echapper à une amende en respectant des engagements

Une clôture de l'enquête sans amende – Amazon risque jusqu'à 10% de son chiffre d'affaires mondial – serait une victoire pour le géant de l'e-commerce. La conclusion d'un tel accord évitera également des années de procédure durant lesquelles Amazon continue ses agissements sans être inquiété. 

Si la Commission convient d'un engagement, elle devra recueillir les commentaires des clients et entreprises concurrents avant que l'accord ne devienne définitif. En cas de manquements aux engagements, l'entreprise risque une amende. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.