Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Antitrust : Alibaba sous le coup d'une amende record de près d'un milliard de dollars en Chine

L'autorité de la concurrence chinoise enquête depuis décembre sur le comportement d'Alibaba et s'apprêterait à lui infliger une amende record qui dépasserait les 975 millions de dollars. Elle s'inquiète d'un pacte d'exclusivité qui empêcherait les commerçants de vendre leurs produits sur des plateformes concurrentes. Ce qui constituerait une pratique antitrust.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Antitrust : Alibaba sous le coup d'une amende record de près d'un milliard de dollars en Chine
Antitrust : Alibaba sous le coup d'une amende record de près d'un milliard de dollars en Chine © Alibaba

L'administration d'Etat pour la régulation du marché (SAMR) – l'équivalent de l'Autorité de la concurrence en Chine – s'apprêterait à sanctionner Alibaba d'une amende record, rapporte le Wall Street Journal. Le montant de la sanction dépasserait les 975 millions de dollars payés en 2015 par Qualcomm, infligée par Pékin pour abus de position dominante.

Alibaba fait l'objet d'une enquête par les régulateurs chinois depuis décembre 2020. Cette annonce avait fait dégringoler son titre de plus de 3 % à l'ouverture de la bourse de Hong Kong.

La pratique de "l'un ou l'autre"
Dans le cadre de ses investigations, la SAMR se penche sur le recours par le groupe chinois à la pratique dite de "l'un ou l'autre", la situation dans laquelle les commerçants sont contraints de signer un pacte de coopération exclusive avec une plateforme. Ils se retrouvent alors dans l'impossibilité de proposer leurs produits sur des sites concurrents. Ce qui pourrait être contraire à la législation anticoncurrentielle, d'après l'autorité chinoise.

L'ouverture de cette enquête intervenait dans un cadre particulier : quelques semaines auparavant, Ant Group, la filiale d'Alibaba, avait raté son IPO sur les bourses de Hong Kong et de Shanghai. Ce qui devait être la plus importante introduction boursière au monde a été stoppée par les autorités nationales sous prétexte que certains changements réglementaires n'avaient pas été portés correctement à la connaissance des investisseurs.

Jack Ma très critique envers le système financier
Ce coup d'arrêt faisait également suite à une conférence tenue par Jack Ma lors de laquelle le fondateur d'Alibaba avait vivement critiqué le système financier et les banques d'Etat. Il accusait également les autorités régulatrices d'étouffer l'innovation. Ce discours lui a valu une convocation devant des représentants de la banque centrale, du régulateur boursier et du régulateur bancaire chinois.

Alors que durant de nombreuses années, les grands groupes chinois tels que Tencent, Alibaba, JD.com, Pinduoduo ou ByteDance ont fait la fierté de la Chine, Pékin cherche désormais à savoir si leurs positions n'affecteraient pas le paysage commercial. Il y a quelques jours, les régulateurs chinois ont d'ailleurs condamné à une amende de 77 000 dollars  Baidu, Tencent, Didi Chuxing, SoftBank et une société soutenue par ByteDance pour leurs comportements monopolistiques.

Renforcer la législation antitrust
La SMAR travaille actuellement sur un nouveau cadre réglementaire, dont les contours ont été dévoilés en février dernier. L'objectif est de "rompre avec les comportements monopolistiques dans l'économie des plateformes et de protéger la concurrence loyale sur le marché". Sont concernés les sites de commerce électronique tels que Taobao et Tmall (Alibaba) ou encore JD.com ainsi que les services de paiement comme Alipay (Ant Group) et WeChat Pay (Tencent).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.