Antitrust : L'App Store est dans le viseur de l'autorité de la concurrence britannique

Après Bruxelles, c'est l'autorité de la concurrence britannique qui décide d'ouvrir une enquête sur les pratiques d'Apple en matière de distribution d'applications sur son store. Elle se penchera en particulier sur la commission de 30 % prélevée par l'entreprise américaine auprès des développeurs sur les revenus générés via les paiements depuis les smartphones.

Partager
Antitrust : L'App Store est dans le viseur de l'autorité de la concurrence britannique

La Competition and Markets Authority (CMA), l'équivalent de l'autorité de la concurrence au Royaume-Uni, a décidé d'ouvrir une enquête sur les pratiques d'Apple, en particulier sur l'App Store.

Un comportement antitrust
"Des millions d'entre nous utilisent des applications tous les jours pour consulter la météo, jouer à un jeu ou commander des plats à emporter", note Andrea Coscelli, directeur général de la CMA.

Ainsi, "les plaintes selon lesquelles Apple utilise sa position sur le marché pour définir des conditions qui sont injustes ou peuvent restreindre la concurrence et le choix - ce qui pourrait entraîner des pertes pour les clients lors de l'achat et de l'utilisation d'applications - justifient un examen minutieux", ajoute-t-il.

Cette procédure a été ouverte à l'issue de travaux menés par la CMA sur le secteur numérique et d'une série de plaintes lancées par plusieurs développeurs arguant que les conditions générales d'Apple sont "injustes" et pourraient "enfreindre le droit de la concurrence", détaille l'autorité dans son communiqué.

Une commission jugée abusive
Les développeurs critiquent en particulier la commission de 30 % qu'Apple prélève sur tous les revenus qu'ils génèrent via les paiements depuis les smartphones, y compris les abonnements mensuels. Cette taxe est actuellement au coeur d'un conflit qui oppose la firme américaine à un groupe de développeurs rassemblés dans une association "Coalition for App Fairness".

La Commission européenne enquête également sur l'App Store, en particulier sur deux restrictions imposées par Apple dans ses accords avec les entreprises souhaitant distribuer des applications via son store. Elle craint que ces clauses faussent la concurrence concernant les services de distribution de musique et de livres électroniques sur les appareils Apple.

Un nouveau taux à 15 % pour apaiser les tensions
Pour calmer les tensions avec les développeurs, Apple a annoncé en novembre dernier l'application d'un nouveau taux de commission de 15 % pour les développeurs qui ont réalisé moins d'un million de dollars de chiffre d'affaires sur un an. L'objectif affiché est "d'aider les petites entreprises et les développeurs indépendants à faire progresser leurs activités", expliquait la firme de Cupertino.

Mais cette nouvelle politique ne concerne pas tous les développeurs, notamment Epic Games qui est en conflit avec Apple depuis plusieurs mois. En effet, l'éditeur du moteur graphique Unreal Engine et du jeu à succès Fortnite a gagné plus d'1,2 milliard de dollars sur l'App Store, ce qui l'exclut de facto de la commission de 15 %.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS