Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Apple, Nintendo, Hitachi... Comment le coronavirus paralyse la fabrication de produits électroniques

Qualifié d'urgence sanitaire mondiale par l'OMS, le coronavirus a également des conséquences économiques très importantes. Wuhan, l'épicentre de l'épidémie, abrite de nombreux fournisseurs électroniques. L'électronique grand public se retrouve parmi les secteurs les plus touchés par ces perturbations. Apple, Nintendo, Hitachi… la liste ne cesse de s'allonger.
mis à jour le 07 février 2020 à 02H10
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Apple, Nintendo, Hitachi... Comment le coronavirus paralyse la fabrication de produits électroniques
Apple, Nintendo, Hitachi... Comment le coronavirus paralyse la fabrication de produits électroniques © Unsplash/Macau Photo Agency

Le coronavirus n'est pas qu'un problème de santé mondiale. Qualifiée d'urgence sanitaire mondiale par l'Organisation mondiale de la Santé le 30 janvier 2020, l'épidémie a également d'importants impacts économiques, notamment dans le secteur de l'électronique grand public : la Chine est le maillon central des réseaux de production. L'électronique grand public, extrêmement dépendante de ces réseaux, se retrouve parmi les secteurs les plus touchés par ces perturbations causées par de nombreuses fermetures d'usines. 

 

Les usines ferment

Pour éviter la propagation du virus, les usines ferment tour à tour, ce qui inquiète fortement le secteur. "Etant donné que les principales provinces les plus touchées par le virus sont le Zhejiang, le Guangdong et le Henan, qui sont très importantes pour la fabrication de technologies, il y a évidemment un gros problème", a déclaré Don Yew, analyste chez Morningstar à Singapour, cité par le Financial Times.

 

Certains avancent déjà des chiffres. D'après le cabinet Strategy Analytics, les ventes de smartphone dans le monde vont baisser de 2% en 2020 par rapport aux prévisions antérieures et 5% en Chine à cause du coronavirus. Ces estimations sont à rapprocher des récentes annonces faites par certains géants de l'électronique.

 

Mise en quarantaine pour les ouvriers de Foxconn

Le 6 février 2020, Foxconn a annoncé que ses ouvriers, quelle que soit leur région d'origine, seraient placés en quarantaine pour une période allant de 7 à 14 jours dès leur retour de congés du Nouvel an lunaire. Le plus grand employeur du secteur privé en Chine avait précédemment indiqué que l'une de ses principales bases de production en Chine, à Zhengzhou (centre), surnommée "iPhone City", ne reprendrait ses opérations que le 10 février, en raison d'une prolongation des congés du Nouvel an lunaire. 

 

Or Foxconn est le premier sous-traitant mondial pour l'électronique grand public. Nombre d'entreprises technologiques dépendant de lui pour la fabrication d'objets électroniques. Il assemble notamment des iPhones pour Apple. Le groupe tente de rassurer quant au risque d'une rupture de la chaîne d'approvisionnement, en affirmant avoir déjà été confronté par le passé à l'épidémie du Sras en 2003. Mais Foxconn a d'ores et déjà révisé en forte baisse sa prévision de croissance des ventes en 2020, anticipant une progression comprise entre 1% et 3% contre une fourchette de 3% à 5% attendue précédemment.

 

Apple retarde la sortie du nouvel iPhone, nintendo annonce des retards

Les conséquences sont très concrètes. Pour la première fois de son histoire, Apple a dû retarder la commercialisation de son nouvel iPhone. Les smartphones de la marque à la pomme sont généralement commercialisés en septembre, mais elle prévoit le lancement exceptionnel d'un appareil plus abordable au mois de mars. Tim Cook, le dirigeant de la firme américaine, a indiqué à plusieurs reprises que des solutions alternatives devraient être trouvées afin de compenser le ralentissement causé par l'épidémie.

 

Les conséquences du coronavirus ne s'arrêtent pas là pour la firme de Cupertino. Elle a dû fermer ses 42 boutiques présentes sur le territoire chinois et ce jusqu'au 9 février. D'après un rapport du site asiatique Nikkei, Apple aurait commandé 65 millions d'iPhone 11 et 15 millions pour le petit dernier. Mais "les fournisseurs pensent que l'épidémie du coronavirus affectera le calendrier de production".

 

Apple n'est pas le seul constructeur touché. "L'impact sur notre chaîne d'approvisionnement semble inévitable", a affirmé Mitsuaki Nishiyama, directeur financier d'Hitachi, interviewé par le Wall Street Journal. De son côté, le 6 février 2020, Nintendo a annoncé des retards de production sur la Switch, console assemblée en grande partie en Chine. La firme a également annoncé que la version "Animal Crossing : New Horizons" serait retardée. Shuntaro Furukawa, président de Nintendo, s'en est excusé.

 

Les consoles de jeux, tout comme les smartphones, les ordinateurs portables ou même les casques de réalité virtuelle sont majoritairement fabriqués en Chine ou à Taïwan. Il est donc probable que de nombreuses autres entreprises soient concernées. Facebook a par exemple annoncé que l'Oculus Quest souffrirait de problèmes d'approvisionnement.

 

Une "opportunité" pour les Etats-Unis ?

Cette situation ne semble pas déplaire à tout le monde. Wilbur Ross, le secrétaire américain du commerce, a provoqué l'indignation lorsqu'il a déclaré, le 30 janvier 2020, que "les entreprises vont devoir reconsidérer leur chaîne d'approvisionnement car après le Sras et maintenant ce virus, ces épidémies sont un facteur de risque à prendre en compte". "Je crois que cela va aider à accélérer le retour à l'emploi en Amérique du Nord, aux Etats-Unis et probablement au Mexique", a-t-il ajouté. Puis le ministre a pris l'exemple d'Apple, qui envisage de relocaliser une partie de sa production chinoise.

 

De son côté, la Banque centrale chinoise estime que le coronavirus demeure une source d'incertitude pour l'économie mondiale, et que ses conséquences ne se cantonnent pas à la Chine. L'institution financière a d'ailleurs annoncé, le 3 février 2020, l'injection de 156 milliards d'euros dans l'économie chinoise alors que les bourses chinoises plongent. Car le secteur de la Tech n'est pas le seul touché. La chimie, l'automobile et le textile sont également extrêmement perturbés par l'épidémie. Toyota, par exemple, a suspendu la production de ses usines d'assemblage en Chine. Volkswagen a pris la même décision.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media