Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Après Facebook, c'est au tour de Twitter de se faire attaquer pour discrimination sexuelle

Les procès pour discrimination sexuelle se multiplient dans la Silicon Valley : après le géant du net Facebook et le fonds de capital-risque américain Kleiner Perkins Caufield & Byers, c'est au tour de Twitter de se faire attaquer par l'une de ses ex-salariées, Tina Huang. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Après Facebook, c'est au tour de Twitter de se faire attaquer pour discrimination sexuelle
Après Facebook, c'est au tour de Twitter de se faire attaquer pour discrimination sexuelle © DR

Dans la Silicon Valley, les femmes ne se laissent plus marcher dessus : elles sont de plus en plus nombreuses à porter plainte contre les entreprises qui pratiquent la discrimination sexuelle. Dernier exemple en date, celui de Tina Huang, qui a porté plainte le 19 mars contre Twitter auprès de la cour d'Etat de Californie. Son ancien employeur lui aurait refusé une promotion en 2013, malgré des années de services et d'excellentes évaluations de ses pairs... car c'est une femme.

Elle veut faire de son procès un recours collectif (class action) et invite toutes les femmes qui ont connu des situations similaires à la sienne ces trois dernières années chez Twitter à la rejoindre dans la bataille. "Le système de promotion [de cette entreprise] crée un plafond de verre pour les femmes, qui ne peut être expliqué ni justifié par aucun objectif économique raisonnable. Twitter n'a pas de système de promotion clair […] : pas de critères exprimés explicitement, pas de processus de recrutement interne, d'avancement ou de candidature pour les salariés" du groupe, explique dans sa plainte Tina Huang, employée par le réseau social entre octobre 2009 et juin 2014.

Plafond de verre pour les femmes

Frustrée par ce processus de promotion opaque, elle a écrit un mail au PDG de Twitter Dick Costolo en mars 2014, pour lui exposer ses griefs. L'entreprise a décidé d'ouvrir une enquête interne sur la jeune femme, qui a été contrainte de prendre des congés. Twitter ne lui aurait ensuite pas indiqué de date de retour à son poste : Tina Huang a donc décidé de démissionner trois mois plus tard, en juin.

Plusieurs affaires du même type sont en cours en Californie : le 16 mars Chia Hong, une ex-salariée de Facebook, a porté plainte pour discrimination sexuelle et raciale contre son ancien employeur. Le procès d'Ellen Pao contre le fonds de capital-risque américain Kleiner Perkins Caufield & Byers pour discrimination est, quant à lui, toujours en cours. Ces dossiers sont suivis de près dans la Silicon Valley, car ils illustrent les difficultés que rencontrent les géants du net et du monde de la high-tech en général à diversifier leur main-d'œuvre.

Lélia de Matharel

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale