Après les licornes, la French Tech part à la recherche des "décacornes"

La French Tech a une nouvelle mission. Après être parvenue à faire émerger plus de 25 licornes, ce sont désormais des "décacornes" qui doivent voir le jour au sein de l'écosystème français des start-up. A l'occasion du salon Viva Technology, Bruno Le Maire a émis le souhait que cinq sociétés privées soient valorisées plus de 10 milliards de dollars d'ici 2025, et que dix le soient d'ici 2030.

Partager
Après les licornes, la French Tech part à la recherche des

Ce ne sont plus des licornes, mais des "décacornes" qui sont désormais attendues. Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, a fixé un nouvel objectif à la French Tech de "10 décacornes en 2030 et 5 en 2025" à l'occasion du salon Viva Technology, qui se tient du 15 au 18 juin 2022, comme le rapporte Le Figaro. Les décacornes sont des entreprises privées non cotées dont la valorisation dépasse les 10 milliards de dollars. Un sobriquet basé sur celui de "licorne", qui définit une start-up valorisée plus d'un milliard de dollars. A noter que la nomination d'un secrétaire d'Etat au numérique, devant prendre la suite de Cédric O, est attendue avec le remaniement suite aux élections législative.

Continuer à garantir un financement solide

A l'origine, l'objectif fixé était d'avoir 25 licornes à l'horizon 2025. Mais il est aujourd'hui déjà atteint et même dépassé puisque la France compte environ 27 licornes, bien que ce chiffre soit parfois critiqué. La liste des 25 licornes diffusée par le gouvernement en janvier a soulevé des questions, notamment du fait de la présence d'OVHcloud, qui a déjà réalisé son introduction en bourse, ou encore de Veepee, qui n'a pas levé de fonds depuis des années. Toutefois, aucune décacorne n'est recensée à ce jour en France. Doctolib et Back Market semblent être les start-up avec la valorisation la plus élevée, puisque celle-ci s'élevait au-dessus des 5 milliards de dollars lors de leurs dernières levées de fonds.

Face au contexte économique et à l'évolution des conditions de financement, Bruno Le Maire a ajouté : "notre responsabilité est de continuer à vous garantir un financement solide par d'autres moyens". Allant dans ce sens, l'Etat multiplie les leviers de financements à destination des start-up, notamment par le biais de Bpifrance. Le plan France 2030 contient de nouvelles dispositions tendant à les aider, et la France est à la manœuvre derrière l'initiative "Scale-up Europe" qui vise à créer un fonds de fonds, doté de 10 milliards d'euros, destiné à financer les scale-up européennes.

Un contexte économique incertain

A noté que le sujet de la valorisation des start-up et de la pertinence des critères utilisés pour la fixer sont critiqués. Avec le contexte économique actuel, l'inflation, et les risques qui pèsent sur l'économie, les valorisations sont désormais plus faibles. Une évolution qui entraîne "un changement dans les rapports de force entre les entrepreneurs et les investisseurs puisqu'il y a quelques mois c'était les entrepreneurs qui fixaient le prix" pour les levées de fonds, constate Franck Sebag, associé EY & Associés en charge du secteur Fast Growing Companies, auprès de L'Usine Digitale. Il reste toutefois optimiste en expliquant que de nombreux fonds d'investissement ont déjà levé de l'argent et que la baisse de valorisation des start-up pourrait au contraire leur apporter des opportunités.

Dans son rapport "Titans of Tech 2022", le cabinet GP Bullhound recense 29 licornes dans l'Hexagone dont la valorisation moyenne s'élève à 2,4 milliards de dollars, soit moins que ses cousines européennes (3,8 milliards de dollars). "Aujourd'hui, alors que l'inflation atteint des sommets inégalés depuis 40 ans, la profusion de licornes ralentit et les start-up en croissance seront probablement les plus touchées, puisque les investisseurs privilégient désormais la rentabilité à la croissance", constate dans un communiqué Guillaume Bonneton, Partner France chez GP Bullhound. Dans ce contexte économique incertain, la France parviendra-t-elle à faire émerger une décacorne ?

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS