Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec Iko, les enfants souffrant de handicaps peuvent aussi jouer aux Lego

Vidéo Avec la prothèse Iko Creative Prosthetic System, les enfants en situation de handicap peuvent fixer des robots ou des vaisseaux spatiaux Lego au bout de leur bras artificiel. Ce nouvel appareil, compatible avec les jouets de la marque danoise, interagit avec les jouets grâce à une unité centrale programmable et à une série de capteurs. Développé par le designer colombien Carlos Arturo Torres, il a remporté début juillet le design awards remis par le site spécialisé dans la conception industrielle Core 77.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec Iko, les enfants souffrant de handicaps peuvent aussi jouer aux Lego
Avec Iko, les enfants souffrant de handicaps peuvent aussi jouer aux Lego © Carlos Arturo Torres

Fou rire de Dario, un enfant Colombien souffrant de handicap : il vient de clipser, sur sa nouvelle prothèse fixée sur son épaule droite, un vaisseau spacial Star Wars de la marque Lego. Il braque son jouet sur son ami. L'aéronef clignote et tourne sur lui-même au bout du bras artificiel.

 

 

Lorsqu'il a conçu cette nouvelle prothèse pour enfant, le designer colombien Carlos Arturo Torres voulait avant tout leur permettre d'être créatifs. Cet appareil d'un nouveau genre s'appelle Iko Creative Prosthetic System. Il a gagné le student design awards remis par le site spécialisé dans la conception industrielle Core 77.

 

Une unité centrale programmable

 

Le système a été conçu en partenariat avec la branche R&D de la société de jouets danoise Lego et Circec, une entreprise colombienne spécialisée dans la réhabilitation des personnes handicapée.

 

Comme le montre la vidéo ci-dessous, des capteurs identifient les mouvements musculaires de l'extrémité du membre manquant. Ils font réagir la prothèse en fonction de ces analyses. Ce système est combiné avec une unité centrale, commandant la prothèse. Elle peut être programmée par l'enfant pour réaliser un mouvement X ou Y. Le bras artificiel est donc customisable et peut s'adapter à de nombreuses situations et jouets.

 

La collaboration avec Lego ne serait qu'un début : "tisser des partenariats avec des entreprises stratégiques permettrait à la prothèse d'être plus flexible et d'être vendue à un prix plus accessible pour le public […]. Imaginez que Marvell développe des modules de super héros, Mattel des maisons de poupées […], Nintendo des accessoires compatibles" pour les jeux vidéos, développe Carlos Arturo Torres sur le site de présentation de son produit.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media