Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

"Avec le numérique et l’impression 3D, il est beaucoup plus facile d’être indépendant" affirme Côme de Rabaudy

Côme de Rabaudy profite de l’infrastructure de l’Usine.IO à Paris pour mener de front travail de consultant et développement de sa propre activité. Portrait d’un jeune homme moderne, qui sait tirer profit des outils numériques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec le numérique et l’impression 3D, il est beaucoup plus facile d’être indépendant affirme Côme de Rabaudy
"Avec le numérique et l’impression 3D, il est beaucoup plus facile d’être indépendant" affirme Côme de Rabaudy © Pascal Guittet

Si le numérique n’existait pas, Côme de Rabaudy serait vraisemblablement encore un salarié à plein-temps dans une agence de design. Ce qu’il a d'ailleurs commencé par faire, une fois décroché le diplôme de l’école Camondo. Une expérience qu’il ne regrette pas. Très conforme à ce qui s’écrit sur la génération Y, Côme de Rabaudy considère que travailler en entreprise "est un moyen d’affiner ses connaissances, son apprentissage. Contrairement à l’école, on y rencontre des problèmes réels". Et des contraintes. Le designer avait dû signer une sorte de clause d’exclusivité, qui l’empêchait de travailler pour d’autres clients à côté de son emploi salarié.

Entre la sécurité du CDI et la liberté, il n’a pas hésité longtemps. L’impatient jeune homme rêve de créer son agence, mais, concède-t-il "la situation n’est pas vraiment facile", et être édité n’est guère plus aisé pour un jeune designer. Quand d’autres rongeraient leur frein, il a choisi de quitter le salariat et de mener de front deux vies professionnelles — prestataire et créateur — avec un seul statut : autoentrepreneur.

A mi-temps entre prestation et création

Aujourd’hui, il essaie de travailler à mi-temps : trois jours pour une agence d’architecture, qui lui a commandé des projets, et trois jours pour ses projets personnels. Pour ceux-ci, il travaille au sein de l’usine.io, une sorte de fablab, qu’il a choisi notamment parce que "l’endroit est magnifique". Et si l’esthétique importe pour ce créateur d’objets élégants, l’attrait pour ce type de lieu ne s’arrête pas là.

À l’Usine.IO, il trouve toutes les machines nécessaires pour réaliser des prototypes ou des petites séries. "Il est beaucoup plus facile aujourd’hui de réaliser un prototype. Quand on va voir un éditeur ou une galerie, il sait que l’objet est réalisable puisque je l’ai déjà fait", témoigne Côme de Rabaudy. Finies les incertitudes des schémas en deux dimensions sur le papier. Bienvenue dans le monde de l’impression 3D.

Mais, ces tiers lieux — comme on les appelle désormais — ont d’autres avantages, insiste-t-il, comme de rassembler des professionnels venus d’horizons différents. "J’y rencontre des experts qui travaillent sur différents matériaux. Leur aide est précieuse. Ils peuvent m’aiguiller quand je rencontre un problème technique."

Dernier avantage de la formule : sa grande flexibilité. Dans un même lieu, il a accès aux machines et à l’openspace un jour par semaine moyennant un abonnement mensuel. Le reste du temps, il peut travailler n’importe où, pourvu qu’il ait son "ordi" et Internet. "Même pendant les vacances, explique-t-il, je peux passer une demi-journée de travail si j’ai besoin". Et comme il fait partie des heureux qui sont passionnés par leur activité professionnelle, "je n’ai pas le sentiment de travailler tous les jours". Être connecté c’est l’assurance de pouvoir à tout moment se relier aux projets qui le passionnent !

Christophe Bys

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale