Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec son smartphone modulaire Ara, Google tente de ne pas répéter les erreurs du projet Glass

Lors d'une conférence développeurs à San Francisco, Google a démontré les progrès de son programme Ara. Une première version de ce smartphone modulaire devrait être commercialisée au second semestre sur un marché test, le Costa Rica.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec son smartphone modulaire Ara, Google tente de ne pas répéter les erreurs du projet Glass
Avec son smartphone modulaire Ara, Google tente de ne pas répéter les erreurs du projet Glass © Google ATAP - capture YouTube

Google a-t-il tiré les leçons de l'échec de la première version des Google Glass ? En tout cas, pour son nouveau projet avant-gardiste de smartphone modulaire Ara, développé au sein de sa division ATAP, le géant américain a choisi une approche différente. Là où la première version des Google Glass était avant tout destinée aux développeurs et technophiles, avec un tarif prohibitif pour le grand public (1 500 dollars, et des quantités limitées), le smartphone Ara semble dès le départ destiné au grand public. Même si les premiers acheteurs resteront des beta-testeurs dont les réactions seront scrutées avec attention.

prix d'appel modéré, mais...

Le squelette du téléphone sera vendu autour de 50 dollars. On ne connait pas encore le prix des blocs amovibles permettant d'ajouter des fonctionnalités à l'appareil - écran, batterie, appareil photo, capteur – mais Google promet de faire baisser les prix à mesure que les volumes augmentent. Surtout, l'entreprise et ses partenaires (parmi lesquels Toshiba, Foxconn, Fujitsu et Nvidia) ont travaillé dès le départ sur les points noirs qui ont plombé la première version des Google Glass : l'autonomie de la batterie et le nombre d'applications.

Lors d'une conférence développeurs organisée le 14 janvier à San Francisco, Google a affirmé qu'une vingtaine à une trentaine de modules était en cours de mise au point. Une cinquantaine de développeurs travaillent sur ces blocs : Toshiba, par exemple, a présenté un prototype de caméra 5 mégapixels. Cet écosystème de partenaires peut utiliser depuis quelques jours la version 0.2 du kit de développement. Google a aussi fait évoluer le design de son prototype, passant à la version Spiral 3: les blocs peuvent être plus épais, ce qui facilite le travail des développeurs.

L'expérience utilisateur est placée au centre du projet avec une promesse de personnalisation poussée à l'extrême : du hardware au software en passant par l'apparence extérieure du smartphone. D'une certaine façon, c'est ce que l'entreprise avait commencé à bâtir lorsqu'elle possédait Motorola, avec son MotoX, mais la logique est poussée un cran plus loin.

des ara trucks sur le modèle des food trucks

Google veut innover aussi  sur le mode de commercialisation : les modules Ara ne seront pas vendus dans des magasins classiques mais dans des "Ara phone trucks", sur le modèle des "food trucks" où l'on choisit les ingrédients de son hamburger. Ce dispositif inédit sera testé dès le second semestre au Costa Rica.

Google soigne sa communication avec un teaser très travaillé et un message marketing efficace : "prenez part au projet Ara, qui sera une partie de vous-même". Preuve qu'il veut s'attirer les faveurs du public autant que celles des développeurs, pour démontrer le bien-fondé de sa stratégie : reproduire le modèle du software, et son écosystème d'applications mises à jour en permanence, sur le hardware.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media