Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Axelle Lemaire explore la French Tech Aix-Marseille

Le 15 décembre, la secrétaire d'Etat au Numérique, Axelle Lemaire, s'est démultipliée entre Marseille et Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) pour mieux cerner sur le terrain les contours de la métropole FrenchTech et évaluer la motivation des entreprises qui doivent l'animer.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Axelle Lemaire explore la French Tech Aix-Marseille
The Camp - F.Chevalier © J-C Barla

Axelle Lemaire n'a pas ménagé sa peine en Provence le 15 décembre. Pour respecter l'équilibre entre les deux villes qui ont fait l'effort de présenter un dossier de candidature commun (ce n'était pas gagné au début), la secrétaire d'Etat chargée du Numérique a passé la matinée à Marseille, l'après-midi à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), à la rencontre de quelques-uns des acteurs qui ont participé à l'obtention de la labellisation.

Elle est d'abord passée au Technopôle de Château-Gombert où elle a découvert le projet porté par l'école Centrale Marseille d’un Marseille Creativity Center, un bâtiment de 4 000 mètres carrés à réhabiliter d'ici à 2016 pour abriter des équipements de pointe dans un FabLab et des espaces d'animation autour des usages numériques. Elle a rejoint ensuite le Pôle Média Belle de Mai, un des bâtiments totem de la métropole French Tech Aix-Marseille.

Innovations et accélérations

L'entreprise Avenir développement durable a pu présenter son dispositif embarqué Alert Gasoil qui permet de suivre et maîtriser en continu et en temps réel l'intégralité de son stock et de sa consommation de carburant, grâce à une jauge paramétrable multi-constructeurs. Equipant déjà plusieurs sociétés de transport, le système permet de lutter contre le vol de carburant et de mieux détecter les gaspillages tout en réduisant les émissions de CO2 (www.alertgasoil.com).

Porteuse d'un accélérateur au service de sociétés innovantes dans les solutions digitales, Stardust (www.stardust-testing.com) met à leur disposition outils et terminaux pour tester en amont de la commercialisation la compatibilité d'applications (e-commerce, jeux, finance, médias...) sur le plus large éventail de téléphones mobiles, tablettes...

Devisubox a développé des solutions de suivi visuel automatisé de chantiers, grâce à ses appareils photos combinés, via une liaison sans fil, à des plates-formes logicielles de traitement d'images. Le dispositif peut prendre jusqu'à 500 photos par jour pour concevoir, par exemple, un film en accéléré d'un chantier (à vérifier sur www.devisubox.com).

Productrice de la série "Plus belle la vie", TelFrance porte également un projet de "pépinière de talents et d'excellence créative" dans l'audiovisuel et le transmédia, avec résidence d'auteurs, coaching de projets et mettra à disposition ses moyens techniques pour la réalisation de productions pilotes. Enfin, "Rendez-vous chez nous" a mis sur pied une plate-forme de contact entre touristes et hôtes locaux (artisans, passionnés...) désireux de leur faire découvrir leur région de manière plus personnalisée (www.rendezvouscheznous.com).

Libérer les énergies

A Aix-en-Provence, Frédéric Chevalier, cofondateur de High Co, groupe de communication et solutions de marketing digital, a exposé son projet The Camp, un campus de 7 hectares et 12 000 mètres carrés de bâtiments, prévu pour 2017. Un accélérateur qu'il définit comme "un écosystème disruptif, transdisciplinaire, transculturel et transgénérationnel".

Axelle Lemaire a pu entendre ensuite le président d'Inside Secure (solutions de sécurité embarquées). Il s'est dit prêt à jouer le rôle "de grand petit frère pour accompagner les start-up" des objets connectés, mais a réclamé que la FrenchTech libère vraiment les entreprises françaises de leurs liens pour qu'elles réussissent à l'international.

Sunpartner, inventrice d'un composant photovoltaïque transparent pour diverses surfaces (écrans, panneaux publicitaires, vitrages...), a indiqué travailler désormais sur une fibre textile photovoltaïque. "Un investissement R&D à 15 millions d'euros soutenu pour 7 millions d'euros par BPI France" a confié son PDG, Ludovic Deblois, pour qui sa société n'en serait pas où elle en est si l'Etat ne l'avait pas soutenue (www.sunpartnertechnologies.fr).

Terroir numérique

La start-up Nawa Technologies a conçu, elle, une batterie carbone capable de se recharger en quelques secondes (www.nawatechnologies.com). "La FrenchTech nous a déjà aidés à gagner en visibilité", assure son président Pascal Boulanger, en évoquant les présentations de sa technologie à Boston. Aux côtés d'Aix-Marseille Université, du Centre national RFID et du Centre microélectronique de Provence Georges Charpak à Gardanne, Gemalto, avec son accélérateur à l'international de start-up locales du sans contact et des smart grids, et Orange, qui a déployé plusieurs premières nationales à Marseille, ont également affiché leur volonté de contribuer à la réussite de la FrenchTech au-delà des frontières françaises.

"J'apprécie de voir que les différents projets s'inspirent directement du territoire provençal. Les investisseurs internationaux aiment y passer leurs vacances mais ne pensent pas business quand ils sont en Provence. Je les ferai venir avec cet objectif", a promis Axelle Lemaire, en soulignant qu'elle comptait également sur la vocation euro-méditerranéenne de Marseille pour appuyer demain la création d'un Hub FrenchTech en Afrique.

Jean-Christophe Barla

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale