Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bad buzz : la couv' machiste de Newsweek sur le sexisme en Silicon Valley atterre les internautes

Une souris d'ordinateur soulève la robe d'une femme, toute de rouge vêtue. En publiant à la Une ce dessin, pour illustrer un article fouillé sur le sexisme à l'œuvre dans les entreprises de la Silicon Valley, l'hebdomadaire Newsweek s'est attiré les foudres de nombreux internautes. La toile est en colère car l'image, simpliste, présente une femme sans visage, et minimise un problème de taille dans l'univers des nouvelles technologies aux Etats-Unis.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Sexiste, machiste, myosine… Les internautes s'acharnent sur la couverture du dernier numéro de l'hebdomadaire Newsweek, paru ce 6 février, mais disponible avant sur le net. C'est un croquis très simple de femme, perchée sur de hauts talons d'un rouge franc, dont le bas de la robe est soulevé par une souris d'ordinateur. Cette Une illustre un article approfondi de la journaliste Nina Burleigh sur le sexisme présent dans de nombreuses entreprises de la Silicon Valley.

Sans critiquer le contenu de l'enquête, les utilisateurs de Twitter (entre autres) accusent ce dessin d'être simpliste, trop réducteur pour un sujet si complexe. Dans le tweet ci-dessous, la journaliste américaine Carmel DeAmicis s'adresse à Steve Kovach, l'illustrateur qui a réalisé la couverture. Le message dit : "Imaginez que vous vous fassiez tuer par des terroristes, et que cette image illustre un article sur votre décès. Inapproprié, non ?"

Megan Quinn, femme d'influence dans les milieux du capital-risque californien, qui travaille chez Kleiner Perkins Caufield & Byers, a envoyé à Newsweek se message exaspéré : "Rentre chez toi Newsweek, tu es bourré/désespéré/inapproprié/blessant."

Le graphiste Steve Kovach ne regrette rien : cette couverture n'est pas sexiste, mais "elle représente la laideur du sexisme", s'est-il justifié dans l'émission Newshour, sur la chaîne publique PBS. Pour la journaliste qui a réalisé l'enquête, ces réactions sont totalement aberrantes et mesquines. L'accent devrait plutôt être miss sur le contenu de l'article, plutôt que sur l'image, a-t-elle déclaré au Huffington Post.

un parcours du combatant pour convaincre les investisseurs

Dans ce document riche, Nina Burleigh se penche sur le sort des femmes dans la Silicon Valley. Elle raconte le parcours du combattant de deux entrepreneurEs, Lauren Mosenthal et Eileen Carey, pour convaincre des investisseurs (presque toujours masculins) de miser sur leur projet Glassbreakers. C'est une plate-forme de mentorat dédiée aux femmes, pour les entreprises qui souhaitent les aider à évoluer dans la hiérarchie. La journaliste rappelle que trois procès pour harcèlement sexuel ont été instruits récemment, contre la start-up à succès Tinder et deux des plus importantes sociétés de capital-risque américaines, Kleiner Perkins Caufield & Byers et CMEA Capital. 

Pour appuyer son propos, l'auteur utilise les chiffres concernant la diversité publiés pour la première fois en juillet 2014 par trois géants de la Silicon Valley : chez Google, 70% des salariés sont des hommes,  62% chez Yahoo!, et 61% chez LinkedIn. Plus criant encore est l'écart qui sépare les hommes et les femmes dans les postes liés à l'informatique - les mieux rémunérés. Ils sont occupés à 83% par des hommes chez Google, et à 85% chez Yahoo!.

Lélia de Matharel

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale